NOUVELLES

Rentrée politique en Ontario: loi spéciale pour les enseignants

20/08/2012 02:45 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - L'heure de la rentrée politique a sonné en Ontario, et le gouvernement libéral tentera d'imposer une nouvelle convention collective aux enseignants, qui s'opposent au gel de leurs salaires.

Les députés à l'Assemblée législative ont été convoqués le 27 août pour étudier un projet de loi qui imposerait une convention de deux ans à des milliers d'enseignants de niveau primaire et secondaire, a affirmé lundi le leader parlementaire du gouvernement, John Milloy.

Si la loi est adoptée, le gouvernement aura le pouvoir d'interdire tout arrêt de travail pour les deux prochaines années. Mais le gouvernement libéral minoritaire aura besoin de l'appui d'un des deux partis d'opposition pour y parvenir. M. Milloy a demandé au Parti progressiste conservateur et au Nouveau Parti démocratique de prendre leurs responsabilités en appuyant le projet de loi.

Le gouvernement ne peut se permettre de reconduire les conventions collectives actuelles alors que la province est confrontée à un déficit de 15 milliards $, a ajouté M. Milloy.

Les libéraux avaient menacé de déposer ce projet de loi si les enseignants ne concluaient pas d'ententes avec les conseils scolaires avant la fin du mois d'août, craignant que l'année scolaire ne soit perturbée par des conflits de travail.

Les deux plus importants syndicats d'enseignants de la province, qui représentent ensemble quelque 93 000 personnes, affirment pourtant ne pas être en position de déclencher une grève, et reprochent au gouvernement de créer de toutes pièces une crise, à des fins politiques.

La Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario et la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario affirment que leurs membres ont toujours eu l'intention de reprendre le boulot cet automne.

PLUS:pc