NOUVELLES

Marikana: Lonmin repousse l'ultimatum pour la reprise du travail des grévistes

20/08/2012 08:58 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

La direction de Lonmin a repoussé à mardi son ultimatum exigeant la reprise du travail des grévistes à la mine de platine de Marikana (nord), où 34 mineurs ont été tués jeudi par la police.

Lonmin, qui précise que l'activité de la mine a repris ce lundi, indique dans un communiqué: "Après des consultations avec plusieurs représentants syndicaux aujourd'hui (lundi), l'entreprise peut annoncer que les mineurs en grève illégale qui n'ont pas repris le travail ce matin ne seront pas licenciés, et qu'il leur a été accordé un jour de plus, à la lumière des circonstances actuelles".

"Lonmin peut confirmer que le travail à Marikana a repris aujourd'hui, avec un nombre significatif d'employés", poursuit le communiqué, qui affirme que "presque un tiers des 28.000 employés ont pris leur poste à la vacation du matin lundi 20 août".

Dans un précédent communiqué, Lonmin avait avancé le chiffre de 27% des employés présents à leur poste.

L'entreprise rappelle cependant que son ultimatum n'est pas levé, menaçant les récalcitrants de "mesures disciplinaires". L'expression "menace de licenciement", employé dans les précédents communiqués, a cependant disparu.

Lonmin note que la grande majorité des employés n'étaient pas en grève (les grévistes étaient environ 3.000), mais qu'ils n'ont pas pu travailler en raison des violences, qui ont fait au total 44 morts, dix dans des affrontements intersyndicaux entre le 10 et le 12 août, et 34 dans la fusillade de jeudi.

La direction de la mine devait tenir une conférence de presse conjointe avec les syndicats en début d'après-midi, dans ses locaux de Marikana.

"Mark Munroe, le vice-président de Lonmin pour les actitivés minières, apparaîtra aujourd'hui (lundi) avec les leaders syndicaux pour lancer un appel au calme conjoint (...) et encourager une plus large reprise du travail", précise le communiqué.

cpb/clr/jms

PLUS:afp