NOUVELLES

L'Irak nie aider l'Iran à contourner les sanctions internationales

20/08/2012 09:42 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

L'Irak a réfuté lundi les informations de presse selon lesquelles il aide son voisin iranien à contourner les sanctions internationales en faisant passer du pétrole en contrebande et en offrant à Téhéran un accès direct au système financier international.

"Nos échanges avec l'Iran sont transparents. Nous n'avons scellé aucun pacte secret" avec Téhéran, a réagi Ali Moussaoui, porte-parole du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, lors d'une entretien accordé à l'AFP.

Les échanges entre Bagdad et Téhéran, a-t-il ajouté, "atteignent des niveaux qui se situent en-deçà de ce qui est permis" par les sanctions internationales qui visent l'Iran.

"Les responsables internationaux et américains prennent toujours soin de souligner que les sanctions internationales à l'encontre de l'Iran ne concernent pas l'Irak", a-t-il dit.

La République islamique fait l'objet de sanctions internationales en raison de son programme nucléaire. Les pays occidentaux, les Etats-Unis en tête, l'accusent de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que Téhéran dément.

Dimanche, le New York Times avait affirmé que l'Irak faisait passer du pétrole en contrebande et laissait Téhéran participer à des opérations d'échanges de devises vendues aux enchères sous couvert des banques irakiennes.

Les accusations portant sur la contrebande de pétrole sont "un énorme mensonge", a déclaré Ali Moussaoui.

Il a toutefois reconnu que certaines quantités de brut passaient clandestinement de la région autonome du Kurdistan irakien vers l'Iran. Selon lui, ces manoeuvres empiètent sur la souveraineté irakienne.

"Les sanctions s'en trouvent violées et du pétrole irakien est exporté clandestinement sans passer par nos oléoducs", a encore assuré M. Moussaoui.

ak/gde/hj

PLUS:afp