NOUVELLES

Les TCA voteront en congrès sur une fusion avec le SCEP

20/08/2012 02:14 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

TORONTO - La fusion de deux des plus importants syndicats canadiens du secteur privé est nécessaire pour combattre les attaques du gouvernement conservateur fédéral contre les travailleurs, a déclaré lundi le président du syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA), Ken Lewenza.

Selon lui, le premier ministre Stephen Harper déteste le «syndicalisme social».

«La négociation se fait de nouveau mettre des bâtons dans les roues, et les syndicats sont ciblés. La pression à la baisse sur les salaires et autres bénéfices est sidérante», a-t-il déclaré.

M. Lewenza prenait la parole lundi à l'ouverture du congrès des TCA, où il sera question cette semaine du projet de fusion avec le Syndicat des communications, de l'énergie et du papier (SCEP).

Le président des TCA a ajouté que les interventions fédérales dans les négociations au Canadien Pacifique, à Postes Canada et à Air Canada constituent des attaques contre les droits des travailleurs.

De même, la décision des conservateurs de modifier les règles de l'assurance-emploi constitue une tentative «d'intimider et de punir» les travailleurs qui ont perdu leur emploi, soutient le président des TCA.

Les TCA ont entamé lundi à Toronto ce congrès portant sur les statuts et règlements du syndicat et sur les négociations collectives nationales, avec des chansons et un défilé de plus de 400 retraités du secteur automobile.

Lors de ce congrès, les délégués des TCA voteront sur une proposition de fusion avec le SCEP, un geste qui, selon des observateurs, revitaliserait le mouvement syndical au pays.

Selon M. Lewenza, il sera difficile pour les TCA de changer leur nom si la proposition de fusion est acceptée.

«Jusqu'à un certain point, certains groupes craignent le changement, mais bon sang, si vous avez peur du changement, ce n'est pas dans l'intérêt de nos membres», a-t-il lancé. «Je crois que la fusion sera acceptée et que nous aurons un congrès conjoint l'an prochain.»

Le nouveau syndicat représenterait plus de 300 000 travailleurs dans une vingtaine de secteurs. La majorité des membres serait concentrée dans le secteur manufacturier, dans les communications et dans les transports.

Les membres du SCEP voteraient sur la proposition lorsqu'ils se réuniront en octobre prochain.

Les TCA ont entamé la semaine dernière des négociations collectives avec les trois grands américains de l'auto — GM, Ford et Chrysler. Le syndicat, qui a accepté des concessions en matière de salaires, de journées de vacances et d'autres avantages sociaux lorsque ces constructeurs peinaient à se sortir de la crise pendant la récession de 2008-2009, a dit vouloir recevoir sa part des profits maintenant que l'industrie a renoué avec la rentabilité.

Les constructeurs, quant à eux, ont laissé entendre qu'ils se concentreraient, lors de ces négociations, sur l'amélioration de la productivité dans leurs usines canadiennes, où les coûts de main-d'oeuvre sont plus élevés qu'aux États-Unis.

PLUS:pc