NOUVELLES

La Banque mondiale "profondément préoccupée" par le massacre de Marikana

20/08/2012 05:57 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

La branche privée de la Banque mondiale (BM) s'est déclarée lundi "profondément préoccupée" par les violences survenues dans la mine de Marikana, en Afrique du Sud, où 44 personnes sont mortes depuis le 10 août, dont 34 tuées dans une sanglante opération policière.

"L'IFC (Société financière internationale, ndlr) est profondément préoccupée par les violences liées aux activités minières de la société Lonmin en Afrique du Sud", a-t-elle déclaré dans un communiqué, rappelant avoir lancé une action en 2006 pour "améliorer" les relations de cette entreprise britannique avec les populations locales.

Quarante-quatre personnes sont mortes à Marikana, d'où le groupe Lonmin, coté à Londres, extraie du platine.

Dix hommes, dont deux policiers, ont été tués entre le 10 et le 12 août dans des affrontements intersyndicaux, avant que la police n'ouvre le feu jeudi contre les grévistes faisant 34 morts et 78 blessés, dans la plus sanglante intervention policière depuis la fin de l'apartheid.

Les mineurs grévistes réclamaient notamment le triplement de leur salaire, de 4.000 rands en moyenne (400 euros) par mois à 12.500 rands (1.250 euros).

"Les problèmes sont graves et l'IFC appelle toutes les parties à résoudre le conflit à travers le dialogue et la négociation", a ajouté dans son communiqué cette branche de la Banque mondiale en charge des relations avec le secteur privé.

Dans son communiqué, l'IFC rappelle qu'elle a investi en 2006 dans la société Lonmin, dont elle détient aujourd'hui 0,61% du capital, et qu'elle avait alors engagé un programme sur 4 ans visant à faire partager aux populations locales les bénéfices de l'exploitation minière.

jt/mdm

PLUS:afp