NOUVELLES

Confirmation officielle de la mort d'une journaliste japonaise à Alep

20/08/2012 07:35 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

Le ministère des affaires étrangères japonais a confirmé mardi matin à l'AFP la mort la veille d'une journaliste japonaise qui couvrait les combats dans la ville syrienne d'Alep.

"Nous avons eu confirmation du fait qu'il s'agit de Mika Yamamoto", âgée de 45 ans, a indiqué à l'AFP un responsable du ministère des affaires étrangères.

Un homme qui voyageait avec elle a identifié le corps, a poursuivi ce responsable.

Plus tôt, l'agence de presse Kyodo avait indiqué que l'ambassade du Japon en Syrie, actuellement repliée en Jordanie, avait eu confirmation de la mort de Mika Yamamoto.

Ni le ministère ni l'agence de presse n'ont encore précisé le nom du media pour lequel elle travaillait.

Selon de premières informations émanant de militants syriens cités par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la journaliste japonaise avait été grièvement blessée lundi alors qu'elle couvrait des affrontements dans un quartier d'Alep.

Cité par Kyodo, un employé d'un hôtel de la ville turque de Kilis, près de la frontière syrienne, avait indiqué que deux Japonais - un homme et une femme - avaient quitté l'établissement lundi matin en disant qu'ils se rendaient en Syrie.

Ils avaient laissé leurs affaires à l'hôtel, a-t-il précisé.

En avril 2010, un journaliste japonais avait été tué par balle à Bangkok lors d'affrontements entre soldats et manifestants.

Hiro Muramoto, caméraman de 43 ans employé par l'agence de presse Reuters, avait été mortellement touché par une balle dans la poitrine alors qu'il couvrait des heurts entre l'armée et les opposants au Premier ministre de l'époque.

jlh/jr

PLUS:afp