NOUVELLES

Combats près du tribunal militaire à Alep, vaste offensive à Deraa (ONG)

20/08/2012 09:15 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

Des combats se déroulaient lundi à Alep près du tribunal militaire et le siège du parti Baas au pouvoir en Syrie, selon Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui rapporte également des affrontements à Damas et une vaste offensive à Deraa dans le sud.

Au moins 44 personnes, dont 20 civils, 13 soldats et 11 rebelles ont été tuées lundi selon un bilan provisoire de l'ONG. La veille, la première journée de l'Aïd el-Fitr qui marque la fin du ramadan a été marquée par la mort de 84 morts, selon l'OSDH.

A Alep, les quartiers rebelles de Boustane al-Kasr et Boustane al-Bacha étaient également bombardés par les troupes du régime de Bachar al-Assad.

Dans la capitale Damas, des affrontements ont éclaté dans les quartiers de Jobar (est) et Tadamoun (sud), hostiles au régime et où sont retranchés des rebelles. Les Comités locaux de coordination (LCC), un réseau de militants sur le terrain, ont également fait état d'affrontements à Jobar, après une attaque rebelle contre un barrage de l'armée.

Les autorités avaient annoncé il y a plus d'un mois avoir repris le contrôle de Damas, mais des combats ont encore eu lieu toute la semaine dernière, en particulier dans les quartiers sud et ouest de la capitale.

De plus, les cadavres de dix hommes non identifiés tués par balles ont été retrouvés à Qaboun, un quartier de sud de la capital selon l'OSDH, qui a signalé ces derniers jours une multiplication de ces découvertes macabres.

En province, l'armée bombardait la localité de Maadamiyet al-Cham qu'elle tente de prendre d'assaut, tuant neuf civils et trois rebelles.

Et dans la province de Homs (centre), plusieurs maisons se sont écroulées après le pilonnage de la région de Houla, théâtre d'un massacre qui a choqué la communuaté internationale en mai.

A Deir Ezzor, province de l'Est du pays où les rebelles contrôlent de larges régions, la grande ville de Boukamal, que les insurgés tentent de contrôler, était bombardée par les troupes régulières.

Dans le sud du pays, la ville de Herak se trouvait dans une situation catastrophique, a dénoncé le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, appelant les organisations internationales à intervenir.

"Les attaques meurtrières que le régime sanguinaire mène depuis près de trois mois sur Herak assiégée empêchent l'approvisionnement en nourriture et en médicaments et provoquent une catastrophe humanitaire", affirme le CNS dans un communiqué. L'OSDH a fait état de dizaines de morts et de blessés dans des bombardements.

rd-ram/hj

PLUS:afp