NOUVELLES

Attentats de Tripoli: le suspect principal et trois de ses complices arrêtés (officiel)

20/08/2012 12:12 EDT | Actualisé 20/10/2012 05:12 EDT

Quatre personnes, dont le "suspect principal", ont été arrêtées en Libye pour leur implication présumée dans deux attentats à la voiture piégée qui ont fait deux morts dimanche à Tripoli, a annoncé lundi le ministère libyen de l'Intérieur.

"Le suspect principal a été arrêté et a reconnu sa responsabilité directe (dans les attentats commis) avec l'aide de quatre personnes", a déclaré le vice-ministre de l'Intérieur, Omar al-Khadhraoui, au cours d'une conférence de presse.

Parmi les quatre complices, "trois ont été arrêtés et les recherches continuent pour arrêter le quatrième", a ajouté M. Khadhraoui, précisant que les suspects étaient des partisans de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi.

Il a ajouté que le mobile avancé par le principal suspect était la vengeance de la mort de son frère, tué dans un raid de l'Otan qui avait appuyé militairement les rebelles dans leur lutte contre le régime de Kadhafi.

Le vice-ministre a évoqué une implication dans ces attentats d'anciens responsables du régime qui ont fui la Libye vers des pays voisins comme la Tunisie ou l'Egypte.

Selon lui, les suspects étaient surveillés depuis un moment.

Il a ajouté que plusieurs attentats planifiés par le même groupe avaient été déjoués par les autorités, notamment lors des élections du 7 juillet.

Selon lui, une voiture piégée avait été découverte et désamorcée dimanche par les services de sécurité dans le quartier de Mansoura, dans le centre de Tripoli.

Plus tôt un porte-parole de la Haute Commission de sécurité qui dépend du ministère de l'Intérieur avait annoncé à l'AFP l'arrestation de "plusieurs" personnes soupçonnées d'être impliquées dans les attentats.

Le double attentat de dimanche a fait deux morts et quatre blessés au coeur de la capitale libyenne le jour de l'Aïd el-Fitr, qui marque la fin de ramadan, selon les autorités qui avaient immédiatement pointé du doigt des partisans de l'ancien régime.

ila/sb

PLUS:afp