NOUVELLES

Les Portoricains rejettent par une mince marge des amendements constitutionnels

19/08/2012 07:32 EDT | Actualisé 19/10/2012 05:12 EDT

SAN JUAN, États-Unis - Les électeurs de Porto Rico ont rejeté par une mince majorité, dimanche, des propositions d'amendements constitutionnels qui auraient eu pour effet de réduire la taille de l'assemblée législative de ce territoire américain et d'accorder aux juges le droit de refuser des demandes de libération sous caution.

Selon les résultats provenant de 99 pour cent des postes de scrutin, 54 pour cent des 805 337 votants ont rejeté la proposition relativement à la taille de la législature et 46 pour cent l'ont approuvée. La proposition touchant le droit à la libération sous caution a été battue dans une proportion de 55 contre 45 pour cent.

Ce résultat signifie que Porto Rico demeurera le seul territoire de tout l'hémisphère occidental où un suspect peut se voir accorder une libération sous caution peu importe la nature du crime dont il est soupçonné.

«Le moment est venu de célébrer parce que le peuple a sauvé notre constitution et nos droits», a déclaré Arturo Hernandez, candidat au poste de gouverneur pour le Mouvement «Union souveraine de Porto Rico», l'un des partis minoritaires de cette île des Antilles.

Le gouverneur Luis Fortuno et d'autres membres de son parti ont déploré la défaite de la proposition sur les demandes de libération sous caution.

«Ç'aurait été un merveilleux outil pour combattre le crime», a-t-il déclaré, tout en remerciant les familles de victimes qui ont appuyé la proposition.

L'île de quelque quatre millions de citoyens a été le théâtre de 1117 homicides l'année dernière, un record, et la violence issue des problèmes de drogue s'est poursuivie au point où de faire de nombreuses victimes innocentes.

Le président du Sénat, Thomas Rivera Schatz, a dit qu'il acceptait la défaite, mais a ajouté qu'il ne regrettait pas d'avoir soumis la proposition.

«Nous avons défendu nos principes», a-t-il résumé.

PLUS:pc