NOUVELLES

La direction de la mine Lonmin ordonne la reprise du travail

19/08/2012 10:53 EDT | Actualisé 19/10/2012 05:12 EDT

MARIKANA, Afrique du Sud - La direction de la compagnie minière sud-africaine Lonmin a annoncé dimanche avoir sommé les grévistes du site de Marikana, à l'est de Pretoria, de reprendre le travail dès lundi sous peine de licenciement. Une fusillade jeudi avait fait 34 morts sur ce site d'extraction de platine.

Le président sud-africain Jacob Zuma a décrété une semaine de deuil national à partir de lundi, pour commémorer la mort de tous les Sud-Africains décédés de mort violente, en particulier les 44 victimes, au total, de la mine de Marikana. Outre les 34 mineurs, dix personnes étaient mortes dans des heurts précédents, dont des policiers, les 12 et 13 août.

"La nation est sous le choc et dans la peine", a déclaré M. Zuma dans un communiqué. "Nous devons réfléchir cette semaine à la sainteté de la vie humaine (...) Nous devons éviter les dénonciations et les récriminations. Nous devons nous unir contre la violence quelle qu'elle soit".

La police avait tiré jeudi sur les grévistes, tuant 34 d'entre eux et blessant 78 autres lors de la pire fusillade dans le pays depuis la fin de l'apartheid en 1994. Une enquête est en cours pour en déterminer les circonstances. Les policiers ont affirmé avoir riposté en état de légitime défense à une charge de mineurs munis de machettes, gourdins et autres armes.

Environ 3000 des quelque 28 000 employés du site de Marikana se sont mis en grève pour réclamer des hausses de salaire. L'an dernier, Lonmin avait licencié les 9000 salariés du site voisin de Karee lors d'un conflit social déclenché pour les mêmes raisons. La plupart avaient ensuite été réembauchés.

PLUS:pc