Huffpost Canada Quebec qc

États-Unis: les classes moyennes, grandes perdantes de la dette étudiante (ÉTUDE)

Publication: Mis à jour:
(Shutterstock)
(Shutterstock)

WASHINGTON, 19 août 2012 (AFP) - Les jeunes issus des classes moyennes sont les grands perdants de la dette étudiante aux Etats-Unis, avec des revenus trop élevés pour bénéficier d'aides et trop faibles pour couvrir les coûts de plus en plus élevés de l'université, indique une étude publiée dimanche.

Les jeunes issus des classes moyennes "sont plus susceptibles d'être endettés et pour des sommes plus élevées" que les jeunes issus des classes à hauts et bas revenus, indique une étude présentée dimanche lors du 107e congrès de l'Association sociologique américaine (ASA) à Denver (Colorado).

La dette étudiante aux Etats-Unis, qui a atteint en 2011 les mille milliards de dollars, empoisonne la vie de millions d'Américains, étudiants, anciens étudiants ou familles d'étudiants, alors que les experts se demandent si cette "bombe" ne sera pas la prochaine crise majeure de l'économie américaine.

Pour l'auteur de l'étude, Jason Houle, de la Fondation Robert Wood Johnson à l'Université de Wisconsin-Madison, "de nombreuses familles à revenus moyens gagnent trop d'argent pour que leurs enfants bénéficient d'aides, alors qu'en même temps, elles n'ont pas les moyens financiers suffisants pour couvrir les coûts élevés de l'université", dit-il dans un communiqué.

Le chercheur qui a étudié 4.414 cas de jeunes suivis entre 1997 et 2009, affirme que les jeunes issus des classes moyennes - gagnant entre 40.000 et 99.000 dollars par an pour les plus aisées - quittent l'université avec une dette de 4.000 à 6.000 dollars supérieure à celle des jeunes issus de milieux plus défavorisés.

Mais ils seront endettés de 12.000 à 17.000 dollars de plus que les jeunes issus de familles gagnant entre 100.000 et plus de 150.000 dollars par an "qui peuvent payer l'université ou ont pu épargner".

L'étude du sociologue montre que les groupes appelés à être les plus endettés sont ceux dont les parents sont les moins diplômés, les Noirs plus que les Blancs et les jeunes issus de familles monoparentales ou reconstituées.

Selon des chiffres publiés par un organisme de recherche sur la dette étudiante "The project on student debt" (Le projet dette étudiante), les diplômés de 2010 sont sortis de l'université avec une dette moyenne de 25.250 dollars.