NOUVELLES

Publication d'une première liste de 202 députés somaliens désignés

18/08/2012 11:55 EDT | Actualisé 18/10/2012 05:12 EDT

Une liste de 202 parlementaires sur les 275 députés qui doivent élire lundi le futur président de Somalie a été validée et publiée vendredi soir par le comité technique de sélection chargé de ratifier le processus de désignation des députés par une assemblée de chefs coutumiers.

"Nous avons 202 membres prêts (à siéger) désormais et nous travaillons à l'examen de 40 autres", soumis samedi par l'assemblée des chefs coutumiers, a déclaré samedi la co-présidente du Comité technique de sélection (TSC), Halimo Yarey.

Environ 70 noms proposés ont été écartés par le TSC car ils ne remplissaient pas les critères requis pour siéger. Les futurs parlementaires doivent notamment être citoyens somaliens, sains d'esprit, avoir terminé des études secondaires, et ne pas avoir été liés à des chefs de guerre ou à des atrocités durant la guerre civile.

"Le reste de la liste est toujours en cours d'élaboration, en raison de différends inter-clans et d'autres raisons liées à la non-satisfaction des critères" requis, a ajouté Mme Yarey.

La session inaugurale de la nouvelle Assemblée somalienne est prévue lundi, le nombre de députés nommés étant suffisant pour atteindre le quorum, fixé aux 2/3 de ses membres.

Au cours de cette session, qui sera présidée par le doyen d'âge, les députés doivent élire le président de la Chambre et ses deux adjoints, puis le nouveau chef de l'Etat.

La future Chambre basse somalienne comprendra 275 députés, selon la Constitution provisoire adoptée le 1er août, et non 225 comme prévu par un projet initial. Cette Constitution - qui prévoit également l'existence une future Chambre haute - est entrée en vigueur, mais peut encore être amendée par le futur Parlement et ne deviendra définitive qu'après avoir été ratifiée par référendum.

La communauté internationale pousse pour que soit respectée la date de fin du mandat des actuelles autorités somaliennes de transition, fixée au 20 août.

Le processus actuel, parrainé par l'ONU, vise à rétablir un gouvernement central en Somalie, dont le pays est privé depuis la chute du président Siad Barre en 1991 qui l'a précipité dans le chaos et la guerre civile.

nur-ayv/jb

PLUS:afp