NOUVELLES

Libération de trois Syriens enlevés sur la route de l'aéroport de Beyrouth (agence)

18/08/2012 12:06 EDT | Actualisé 18/10/2012 05:12 EDT

Trois ressortissants syriens enlevés par des hommes armés sur la route de l'aéroport international de Beyrouth ont été libérés samedi, a rapporté l'agence nationale libanaise.

"Ils ont été libérés après qu'on leur a volé leur argent", a précisé l'agence en donnant les noms des trois Syriens.

Un responsable des services de sécurité avait affirmé plus tôt à l'AFP que trois Syriens travaillant dans un entrepôt de bananes sur la route de l'aéroport avaient été enlevés vendredi par au moins cinq hommes armés. Ce responsable ne pouvait dans l'immédiat confirmer leur libération.

Cette affaire intervient après qu'un clan chiite, les Mouqdad, eut annoncé cette semaine avoir kidnappé une vingtaine de Syriens et un Turc en représailles à l'enlèvement d'un proche en Syrie. Ce rapt a été revendiqué par un groupe rebelle syrien qui accuse cet otage d'être un tireur embusqué à la solde du Hezbollah libanais.

Partisan du régime de Damas, le parti chiite a nié envoyer des combattants en Syrie pour soutenir l'armée et assuré ne pouvoir "contrôler" les preneurs d'otages chiites au Liban.

Un deuxième ressortissant turc a été enlevé au Liban par des inconnus. La Turquie est l'un des pays les plus critiques à l'encontre du régime de Bachar al-Assad et apporte son soutien aux rebelles.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, qui vient d'effectuer une tournée dans la région, s'est entretenu au téléphone avec le chef du Parlement libanais, le chiite Nabih Berri, sur le sort des onze pèlerins chiites libanais enlevés en mai dernier en Syrie par des rebelles.

M. Fabius a affirmé que les otages étaient "sains et saufs" et qu'il poursuivait ses contacts avec son homologue turc Ahmet Davutoglu pour tenter d'obtenir leur libération, selon un communiqué du bureau de M. Berri.

Mercredi, des biens appartenant à des Syriens avaient été vandalisés à Beyrouth après que des médias eurent relayé une information non confirmée sur la mort de quatre de ces pèlerins dans un raid de l'aviation syrienne dans le nord de la Syrie.

Cette vague d'enlèvements contribue à exacerber les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et reste profondément divisé entre adversaires et partisans du régime de Damas.

Cinq monarchies du Golfe, dont l'Arabie saoudite et le Qatar, deux pays accusés par Damas d'armer les rebelles syriens, ont appelé cette semaine leurs ressortissants à quitter immédiatement le Liban

L'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth a demandé aux Américains au Liban de multiplier les mesures de précaution en raison de "menaces accrues" à leur encontre.

ram/sb

PLUS:afp