Le Manitoba, le Nouveau-Brunswick, la Saskatchewan et le Yukon ont le pourcentage le plus élevé d'habitations ayant une concentration de radon supérieure à la ligne directrice sur le radon, qui est de 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3).

Le Manitoba arrive seconde, après le Nouveau-Brunswick, où les concentrations de radon, un gaz radioactif cancérigène, est la plus présente dans les maisons, selon une enquête pancanadienne sur les concentrations de radon dans les habitations du ministère de la Santé.

L'exposition prolongée à une concentration élevée de radon a été associée à un risque accru de développer un cancer du poumon.

Environ 10 % de tous les cancers du poumon à travers le monde sont attribués à l'exposition au radon.

Selon Santé Canada, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon, après le tabagisme, et est responsable de 3200 décès par an dans le pays.

Le pourcentage, pondéré en fonction de la population, de Canadiens vivant dans des maisons où la concentration de radon est supérieure à 200 Bq/m3 atteint 19,4 % au Manitoba, 20,6 % au Nouveau-Brunswick, 19,6 % au Yukon et 15,7 % en Saskatchewan, alors que la moyenne canadienne est de 6,9 %.

Ces résultats concordent avec les résultats préliminaires dévoilés par Santé Canada fin 2010. En vue de produire ce rapport final, Santé Canada a mené une étude pendant deux ans, prélevant des échantillons dans des habitations.

Des tests de mesure du radon ont été effectués par les participants pendant trois mois durant la période de chauffage d'automne et d'hiver.

Les mesures pour réduire la présence du radon dans une maison comprennent l'élimination des voies d'infiltration, la dépressurisation du sol entourant les fondations et l'augmentation de la ventilation vers l'extérieur.

Plus de détails

Le radon est un gaz radioactif naturellement présent partout dans l'environnement. Il est issu de la désintégration radioactive de l'uranium présent dans les roches et les sols. Il peut se déplacer librement à travers le sol, ce qui lui permet d'être libéré dans l'atmosphère ou de s'infiltrer dans les bâtiments. Il est incolore, inodore et sans goût, mais peut être facilement mesuré à l'aide d'un détecteur de radon. (Source: Santé Canada)