NOUVELLES

Syriens enlevés au Liban: des réactions incontrôlables selon le Hezbollah

17/08/2012 01:27 EDT | Actualisé 17/10/2012 05:12 EDT

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a affirmé vendredi que le mouvement qu'il dirige n'avait "pas pu contrôler les réactions" de chiites qui ont enlevé des dizaines de Syriens en représailles au rapt d'un des leurs par un groupe de rebelles syriens.

"Ce qui s'est passé a échappé au contrôle du Hezbollah et du mouvement Amal", les deux alliés chiites, a affirmé M. Nasrallah dans un discours diffusé sur écran géant lors d'une cérémonie à l'occasion de la Journée d'al-Qods (Jérusalem en arabe).

"L'idée que le Hezbollah et Amal contrôlent la situation, qu'ils peuvent bloquer la route ou retirer les gens de la rue doit être reconsidérée", a-t-il ajouté.

Mercredi, le clan chiite des Mouqdad a revendiqué le rapt d'une vingtaine de Syriens et d'un Turc en représailles à l'enlèvement d'un membre de leur famille par un groupe rebelle syrien qui l'accuse d'être un tireur embusqué à la solde du Hezbollah, mouvement chiite armé proche de Damas.

Des manifestants chiites ont aussi bloqué la route de l'aéroport de Beyrouth en brûlant des pneus.

"Depuis le début, le Hezbollah a laissé à l'Etat libanais le soin de régler la question des otages, mais ce dernier n'a rien fait", a observé Hassan Nasrallah.

rd/ao/fc

PLUS:afp