NOUVELLES

Syrie: Lakhdar Brahimi peu confiant sur la fin du conflit

17/08/2012 05:04 EDT | Actualisé 17/10/2012 05:12 EDT

Lakhdar Brahimi, nouveau médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, a déclaré vendredi qu'il était peu confiant quant à ses chances de mettre fin au conflit qui déchire le pays.

Interrogé sur la chaîne française France 24 pour savoir s'il était confiant sur la possibilité de mettre fin à la guerre en Syrie, M. Brahimi a répondu: "Non, je ne le suis pas".

"Ce en quoi je suis confiant, c'est que je vais faire tout mon possible, je vais vraiment faire de mon mieux", a néanmoins ajouté le successeur de Kofi Annan.

"Il se peut que j'échoue, mais parfois on a de la chance et on arrive à avancer", a encore dit l'ancien ministre des Affaires étrangères algérien, interrogé cette fois par la BBC.

"J'espère que les Syriens vont coopérer dès le début et que la communauté internationale me soutiendra aussi", a ajouté M. Brahimi, reprenant l'argument de son prédécesseur qui souhaitait voir un front uni au Conseil de sécurité de l'ONU pour persuader le président syrien Bachar al-Assad de mettre fin au conflit.

Ancien envoyé de l'ONU en Afghanistan et en Irak, Lakhdar Brahimi a annoncé qu'il serait prochainement à New York pour s'entretenir avec les membres du Conseil de sécurité et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

"Ils me demandent de faire ce travail, mais s'ils ne me soutiennent pas, ce travail n'existe pas, donc j'ai hâte de pouvoir discuter avec eux", a prévenu M. Brahimi, 78 ans.

"Ils sont divisés mais ils peuvent sûrement trouver un terrain d'entente", a ajouté le nouveau médiateur.

La Russie et la Chine sont les derniers soutiens de Damas et ont opposé à trois reprises leur veto au Conseil de sécurité contre des résolutions qui prévoyaient des sanctions contre le régime syrien. A l'inverse, les pays occidentaux soutiennent les groupes rebelles.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les grandes puissances à apporter un soutien "fort, clair et uni" au nouvel émissaire de l'ONU.

"La violence et les souffrances en Syrie doivent s'arrêter", a encore indiqué M. Ban à travers un communiqué diffusé par son porte-parole.

"Le secrétaire général apprécie la volonté de M. Brahimi d'apporter son expérience considérable et son talent pour cette tâche cruciale. Il aura besoin, et il attend, le soutien fort, clair et uni de la communauté internationale, et notamment du Conseil de sécurité", a ajouté le porte-parole.

tw/sat/bdx/lor

PLUS:afp