NOUVELLES

Le pétrole finit en hausse à New York, tentant de rattraper le Brent

17/08/2012 03:32 EDT | Actualisé 17/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont fini vendredi à New York en légère hausse, le brut new-yorkais tentant de réduire l'écart croissant avec le Brent à Londres, dans un marché sceptique à l'égard de rumeurs sur un recours prochain des Etats-Unis à leurs réserves stratégiques.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre a progressé de 41 cents à 96,01 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du pétrole new-yorkais ont poursuivi leur hausse et atteint de nouveaux sommets depuis début mai, le WTI tentant "de rattraper son retard avec le Brent de Londres", a constaté Fadel Gheit, analyste chez Oppenheimer.

"La tendance est claire", a-t-il relevé. "Il y a sept ans, l'écart était de 1 dollar, il est d'environ 19 dollars aujourd'hui", a-t-il continué. L'une des raisons de cet écart, selon lui, est l'abondance des stocks aux Etats-Unis, qui ont atteint en juillet un plus nouveau plus haut en 22 ans.

Les prix ont certes fléchi au cours des échanges électroniques à la suite de rumeurs faisant état d'une utilisation possible des Etats-Unis à leurs stocks stratégiques, mais le scepticisme croissant du marché à leur égard a fait remonter les cours.

"Ce n'était que du bruit, des rumeurs sans fondement", a noté Matt Smith, de Summit Energy. "Il n'y a rien de nouveau de ce côté", a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a affirmé de son côté que le recours aux réserves stratégiques de pétrole restait "sur la table".

"Je n'ai rien à annoncer à ce sujet à l'heure actuelle", a déclaré le porte-parole adjoint de la présidence américaine, Josh Earnest, ajoutant toutefois que "puiser dans les réserves stratégiques (était) une option qui (restait) sur la table", la hausse des cours risquant de peser négativement sur les chances de réélection du président Barack Obama le 6 novembre.

La montée des tensions au Moyen-Orient et des statistiques encourageantes aux Etats-Unis ont aussi insufflé un regain d'optimisme au marché vendredi, les courtiers observant de très près tout signe indiquant une reprise plus vigoureuse de la croissance du premier consommateur mondial de brut.

L'indice composite des indicateurs économiques américains a effacé en juillet sa baisse du mois précédent, tandis que le moral des ménages américains est remonté contre toute attente en août.

ppa/soe/are

PLUS:afp