Huffpost Canada Quebec

La jeunesse au service de la politique

Publication: Mis à jour:
JEUNES CANDIDATS
(Montage) | Montage

Même s'ils se présentent souvent dans des comtés où ils ont peu de chances d'être élus, plusieurs jeunes candidats des différentes formations politiques tentent tout de même leur chance aux élections. Il s'agit d'une belle façon de prendre de l'expérience en politique pour ces jeunes qui rêvent d'occuper un jour un siège à l'Assemblée nationale.

«Je me suis toujours impliqué, explique Étienne Collins, 19 ans, candidat pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans le comté de Sainte-Marie-Saint-Jacques à Montréal. J'ai commencé mon implication avec le congrès des jeunes libéraux. Devenir candidat est maintenant un vrai beau défi.»

En plus d'être candidat, certains vont voter pour la première fois dans une élection générale. Il s'agit d'une expérience unique. Rien à voir avec ce qu'ils vont apprendre à l'école.

«Je suis présidente de la Commission de la relève à la Coalition avenir Québec (CAQ) depuis janvier 2012. J'ai toujours eu le sens du communautaire», dit Laurence R. Fortin, 21 ans, candidate dans le comté de Rousseau dans la région de Lanaudière et attachée politique pour le député de La Peltrie.

«Je pense qu'il y a des choses qu'il faut changer, estime Marcos Archambault, 19 ans, candidat péquiste dans le comté de Nelligan à Montréal. J'ai fait le choix de la responsabilité politique. Et je pense qu'avoir des jeunes permet d'avoir une nouvelle approche auprès des électeurs», remarque-t-il.

Candidate pour Option nationale dans Chicoutimi, Catherine Bouchard-Tremblay, 19 ans, veut utiliser son rôle de candidate pour parler de la jeune formation politique auprès des citoyens. Sa seule priorité pour les 33 jours de campagne, dit-elle.

«J'apprécie la plate-forme d'Option nationale et je veux en parler à plus de gens possibles parce que je crois aux idées de ce parti», lance-t-elle, toute fébrile.

S'imposer comme jeune

Ce n'est pas toujours facile de trouver 125 candidats pour un parti politique. Dans les comtés où les partis ont moins de chance de remporter, où il y a une tradition électorale en faveur d'un parti, les jeunes militants sont souvent demandés pour représenter la bannière de leur parti respectif.

La situation est complètement différente pour la candidate de Québec solidaire dans le comté de Masson dans Lanaudière. Très motivée à représenter les gens de sa région, Jacinthe Sabourin a causé la surprise auprès des membres de sa formation politique en affrontant le candidat pressenti. Un premier défi relevé avec brio.

«Je me suis présentée à l'assemblée et j'ai parlé de mes idées et propositions. Les gens m'ont fait confiance», dit-elle timidement, mais avec beaucoup de convictions.

Est-ce que la jeunesse est un obstacle en politique ? Non, pensent-ils tous. «J'ai une très bonne réponse des électeurs. Et, il faut souligner qu'à 23 ans je ne dois rien à personne», ironise la candidate caquiste en guise de clin d'œil au débat entourant l'intégrité et la corruption.