Alors que l’épilation bikini est en vogue, et ce, même dans son intégralité, le Dr Emily Gibson de l’Université de Washington met en garde les femmes contre cette pratique.

En fait, selon elle, l’épilation du bikini augmente les risques d’infection et de maladies transmises sexuellement. Pour elle, les poils ont leur utilité, car ils agissent comme une barrière de protection pour les muqueuses génitales.

« L’épilation pubienne irrite et déclenche une inflammation des follicules pileux, laissant des plaies microscopiques ouvertes. Une épilation fréquente […] a pour effet d’entraîner une irritation régulière de la zone rasée ou épilée à la cire. Combiné à la lumière et à l’environnement humide des organes génitaux, cela devient un milieu propice à la multiplication des plus mauvaises bactéries pathogènes », dit-elle.

Selon TopSanté, il y aurait donc des risques accrus d’herpès, pustules, furoncles, abcès, cystites, mycoses et autres.

Mais si les femmes tiennent à s’épiler, elles doivent le faire avec le matériel adéquat, soulager la zone après l’épilation et hydrater régulièrement afin d’éviter d’avoir des poils incarnés.