NOUVELLES

Déclarations d'Ahmadinejad sur Israël: "choquantes" et "haineuses" (USA)

17/08/2012 01:25 EDT | Actualisé 17/10/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche a qualifié vendredi de "choquantes" et "haineuses" les déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui avait comparé plus tôt Israël à une "tumeur cancéreuse".

"Nous condamnons énergiquement les dernières déclarations choquantes et répréhensibles de hauts responsables iraniens visant Israël", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), Tommy Vietor.

"Toute la communauté internationale devrait condamner ces interventions haineuses et de nature à semer la division", a ajouté M. Vietor dans un communiqué, en mettant par la même occasion en cause Téhéran pour son soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad.

"Si les responsables iraniens sont vraiment inquiets de la protection des droits et de la dignité de tous les êtres humains, alors l'Iran devrait cesser de soutenir l'agression brutale d'Assad sur les Syriens", a expliqué le porte-parole du NSC, le cabinet de politique étrangère du président Barack Obama.

"Le mépris sans vergogne dont l'Iran et la Syrie font preuve dans le domaine des droits de l'homme constitue la véritable insulte à l'humanité", a-t-il conclu.

M. Ahmadinejad, coutumier des déclarations musclées à l'encontre de l'Etat hébreu, a affirmé vendredi que la "tumeur cancéreuse" d'Israël allait bientôt disparaître, lors d'un discours à Téhéran à l'occasion de la Journée d'al-Qods (Jérusalem).

"Le régime sioniste est une tumeur cancéreuse (...) Les pays de la région vont en finir prochainement avec la présence des usurpateurs sionistes sur la terre de Palestine", a lancé M. Ahmadinejad devant les manifestants réunis à l'université de Téhéran pour la prière collective.

Ces dernières semaines les médias israéliens se sont fait l'écho d'informations, fondées sur les déclarations de responsables ayant requis l'anonymat, selon lesquelles une action militaire israélienne contre le programme nucléaire iranien serait imminente.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak sont partisans d'une attaque contre le programme nucléaire iranien mais d'autres responsables, notamment parmi les militaires et les services de renseignements, y sont hostiles.

Seule puissance nucléaire --officieuse-- de la région, Israël considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique.

L'Iran nie que son programme nucléaire ait des visées militaires, comme l'en accusent également les Occidentaux.

tq/sam

PLUS:afp