NOUVELLES

Washington mécontent d'un sommet en Iran avec peut-être Ban Ki-moon

16/08/2012 05:22 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont exprimé leur mécontentement auprès de Ban Ki-moon avant un prochain sommet des pays non-alignés en Iran auquel pourrait participer le secrétaire général de l'ONU, a indiqué jeudi le département d'Etat.

L'agence officielle iranienne IRNA avait annoncé le 5 aôut que M. Ban avait accepté une invitation à se rendre au sommet du Mouvement des non-alignés programmé les 30 et 31 août à Téhéran. L'ONU n'a pas confirmé ni démenti cette annonce.

"Le fait que cette réunion se déroule dans un pays qui viole tant de règles internationales et qui représente une menace pour ses voisins envoie un signal très étrange en termes de respect du droit international. Nous l'avons signifié aux pays participants et au secrétaire général Ban Ki-moon", a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Mme Nuland a bien pris soin de ne jamais dire explicitement, lors de son point de presse, si Washington désapprouvait en tant que telle l'éventuelle présence à Téhéran de M. Ban. "S'il choisit d'y aller, nous espérons qu'il exprimera les plus grandes inquiétudes dans un contexte de violations par l'Iran des règles de l'ONU", a-t-elle dit.

Le secrétaire général des Nations unies "va prendre sa propre décision" et "nous avons rendu public notre point de vue selon lequel c'est un endroit étrange et inapproprié pour cette réunion", a encore protesté Mme Nuland, sans critiquer directement le patron de l'ONU.

Vendredi dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait demandé à M. Ban de ne pas se rendre à ce sommet des pays non-alignés à Téhéran, qualifiant cette éventuelle visite de "grosse erreur".

Créé pendant la Guerre froide, le Mouvement des non-alignés compte 120 pays considérant ne faire partie d'aucun grand bloc ou alliance militaire. La Russie et la Turquie, qui ne font pas partie des non-alignés, ont aussi été invitées, mais n'ont pour le moment pas confirmé officiellement leur présence, selon l'agence iranienne.

L'Iran est dans le collimateur des Etats-Unis et des Européens pour son programme nucléaire controversé et son soutien au régime syrien.

nr/bdx

PLUS:afp