NOUVELLES

USA: les accusations de Romney sont symptomatiques d'un échec sur le fond (Maison Blanche)

16/08/2012 01:40 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche a riposté jeudi à l'expression "campagne de haine", employée par le candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney, en estimant qu'elle était symptomatique de sa volonté de changer de sujet à cause de son échec dans les débats de fond.

"Il y a souvent un moment où l'un des camps commence à détourner l'attention des débats sur le fond, en affirmant, sans que cela soit légitime, qu'il existe une autre information à laquelle vous devriez faire attention", a déclaré le porte-parole du président Obama, Jay Carney lors de son point-presse quotidien.

Cette tactique est employée "invariablement parce que ce camp est en train de perdre le débat politique", a expliqué M. Carney.

Le porte-parole a évoqué à ce propos la question de Medicare, l'assurance-maladie pour les personnes âgées, au centre des débats depuis que M. Romney a dévoilé samedi dernier le nom de son colistier, le représentant Paul Ryan, auteur d'un plan budgétaire qui, selon les démocrates, serait fatal à de nombreux acquis sociaux dans leur forme actuelle.

"A partir du moment où ce débat s'est intéressé au dossier crucial de Medicare, évidemment, l'autre camp a essayé de changer de conversation", a remarqué M. Carney, ironisant sur la volonté des républicains d'avoir un "débat argumenté".

Le ton de la campagne électorale en vue de la présidentielle américaine du 6 novembre s'est envenimé ces derniers jours. Mercredi, après une journée marquée par des échanges très vifs, Mitt Romney a accusé les démocrates de mener une campagne "uniquement centrée sur les divisions, les attaques et remplie de haine".

tq/sat/bdx

PLUS:afp