NOUVELLES

USA: la "madame Claude" qui menait une double vie à New York sera bien jugée

16/08/2012 01:56 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

Un juge de New York a décidé jeudi de rejeter la demande de non-lieu formulée par la tenancière d'un service de rencontres de luxe qui menait en parallèle une vie de tranquille mère de famille: son procès débutera le 15 octobre.

Arrêtée en février après avoir été piégée par la police, la Britannique Anna Gristina est accusée d'avoir mené une double vie de mère de famille et de tenancière d'un service de rencontres ayant généré des millions de dollars de bénéfices.

Mme Gristina, qui se décrit comme une simple entremetteuse, avait demandé au juge Juan Merchan de prononcer un non-lieu, arguant que le policier sous couverture qui l'a découverte avait seulement regardé deux femmes couchant ensemble, sans avoir eu lui-même de rapport sexuel.

Selon l'accusation, elle menait ses activités dans un petit appartement de l'Upper East Side à Manhattan, un quartier très couru des riches New Yorkais où habite le maire Michael Bloomberg.

Présent à l'audience jeudi, Kelvin Gorr, le mari d'Anna Gristina, a expliqué à la chaîne CNN que sa femme "dirigeait un service de rencontres (...) Elle a simplement des amis très riches et puissants, et elle connaît beaucoup de jolies femmes".

Depuis que l'affaire a été rendue publique, les spéculations vont bon train à New York quant à l'identité des clients de la proxénète présumée.

Le dernier scandale lié à la prostitution dans la ville avait mené à la démission du gouverneur de l'Etat en 2008, après qu'il eut été identifié comme un client de prostituées facturant leurs rendez-vous des milliers de dollars.

Pour l'instant, Mme Gristina a refusé de donner des noms, mais ce silence pourrait prendre fin lors du procès, a laissé entendre son avocat Norman Pattis jeudi.

Une autre femme accusée dans cette affaire, Jaynie Baker, a apparemment conclu un accord avec le procureur et pourrait témoigner contre son amie, a confié M. Pattis.

Si elle était déclarée coupable, Anna Gristina, qui vient d'Ecosse, pourrait être expulsée des Etats-Unis, a ajouté son avocat.

sms/sat/bdx

PLUS:afp