NOUVELLES

Syrie: les répercussions du conflit sur le Liban

16/08/2012 09:52 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

Le conflit en Syrie a exacerbé les tensions au Liban voisin, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et reste divisé entre adversaires et partisans du régime de Bachar al-Assad.

Depuis le début du conflit syrien en mars 2011, des affrontements armés ont fait plusieurs morts et blessés au Liban. Ce pays à l'équilibre confessionnel fragile accueille par ailleurs des dizaines de milliers de réfugiés.

--2011--

- 17 juin: Affrontements entre musulmans alaouites et sunnites, liés à un rassemblement contre le régime syrien: six morts à Tripoli (nord du Liban). Les heurts éclatent dans les quartiers de Bab al-Tebbaneh et Jabal Mohsen, régulièrement théâtre d'accrochages entre sunnites et alaouites --émanation du chiisme et confession de Bachar al-Assad--.

- 8 août: L'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri appelle son pays à dénoncer le "massacre" en Syrie et le gouvernement de Najib Mikati, dans lequel le Hezbollah tient une place importante, à ne pas soutenir la répression.

--2012--

- 13 mars: La Syrie pose des mines le long de ses frontières avec le Liban et la Turquie, sur des itinéraires empruntés par les réfugiés (Human Rights Watch).

- 28 avr: L'armée libanaise saisit trois conteneurs d'armes en provenance de Libye et destinées à la rébellion syrienne à bord d'un navire arraisonné dans le Nord.

- 12-17 mai: Dix morts, des dizaines de blessés dans des affrontements sunnites/alaouites à Tripoli.

- 20 mai: Un dignitaire sunnite sympathisant de la révolte syrienne tué dans le Nord. Le 21, les incidents s'étendent à Beyrouth, où deux personnes sont tuées dans un quartier à majorité sunnite.

- 22 mai: Un groupe de onze pèlerins chiites libanais est enlevé dans le nord de la Syrie alors qu'il rentrait en bus au Liban après un pèlerinage en Iran.

- 1er-3 juin: 14 morts, 48 blessés dans des combats à Tripoli opposant des hommes armés du quartier majoritairement sunnite de Bab el-Tebbaneh à des miliciens de Jabal Mohsen (quartier alaouite).

- 23 juil: Le président libanais Michel Sleimane proteste contre les violations syriennes de son territoire, notamment à la frontière nord. Le 25, Beyrouth et Damas s'accusent mutuellement de violations de leur frontière commune. Les tirs d'obus à partir de la Syrie sur le territoire libanais se sont multipliés ces dernières semaines.

- 9 août: Arrestation de Michel Samaha, ex-ministre libanais de l'Information, réputé proche du régime syrien. Selon une source judiciaire, M. Samaha et le chef de la Sécurité syrienne, le général Ali Mamlouk, sont soupçonnés de préparer des attentats ciblant des personnalités politiques et religieuses au Liban en vue de provoquer des tueries interconfessionnelles.

- 15 août: Le clan chiite des Mouqdad revendique le rapt d'une vingtaine de Syriens et d'un Turc en représailles à l'enlèvement d'un membre de leur famille par un groupe rebelle syrien qui l'accuse d'être un tireur embusqué à la solde du Hezbollah. Des manifestants chiites bloquent la route de l'aéroport de Beyrouth en brûlant des pneus.

- 20-22 août: Affrontements armés à Tripoli entre des habitants des secteurs sunnites et alaouites de Bab el-Tebbaneh et de Jabal Mohsen: huit morts et 75 blessés en trois jours de heurts (sources sécuritaire et hospitalières).

Le Premier ministre Najib Mikati se dit "inquiet des tentatives d'entraîner le Liban de plus en plus dans le conflit en Syrie". La France met en garde contre toute importation du conflit syrien au Liban. Le département d'Etat déclare être "très inquiet des violences" et d'une "réaction en chaîne à partir de la Syrie".

acm-kd/feb

PLUS:afp