NOUVELLES

L'Iran dénonce la suspension de la Syrie à l'OCI

16/08/2012 04:32 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

L'Iran a dénoncé jeudi la suspension de la Syrie par l'Organisation de la conférence islamique (OCI), jugeant "injuste" cette décision à l'encontre de son allié.

"La Syrie aurait dû être invitée au sommet pour pouvoir se défendre", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, à l'agence officielle Irna.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les pays musulmans, réunis en sommet extraordinaire à La Mecque, en Arabie saoudite, ont suspendu la Syrie de l'OCI dans le but d'isoler -- symboliquement -- le régime de Damas qui réprime dans le sang depuis 17 mois une révolte populaire devenue peu à peu une rébellion armée.

L'Iran, solide allié du régime de Damas, a été le seul pays à refuser ouvertement cette suspension parmi les 57 membres de l'OCI représentant un milliard et demi de musulmans à travers le monde.

Cette décision de suspension "va totalement à l'encontre de la charte de l'organisation", a expliqué M. Salehi.

Revenant à Téhéran après avoir participé au sommet, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que la décision de l'OCI était "une action politique", selon des propos rapporté par la télévision d'Etat.

"Au sommet, les positions de la République islamique d'Iran ont été expliquées avec précision", a-t-il ajouté.

"Selon nous, la coopération est plus logique" que la suspension, a insisté M. Salehi, selon le site internet de la télévision d'Etat iranienne. "Nous devrions rechercher un mécanisme pour sortir les Syriens de la crise, grâce auquel opposition et gouvernement mèneraient des négociations".

Le sommet de La Mecque avait été convoqué par le souverain saoudien Abdallah, à la pointe du soutien à la rébellion qui cherche à renverser le président syrien Bachar al-Assad.

L'Iran est le porte-drapeau du chiisme --dont sont issus les alaouites auxquels appartient M. Assad-- au sein de l'OCI majoritairement sunnite.

mod/rmb/sbh/fc

PLUS:afp