NOUVELLES

Le pétrole monte encore à New York, dopé par les tensions au Moyen-Orient

16/08/2012 03:10 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse jeudi à New York, dans un marché soutenu par la crainte qu'une nouvelle escalade des tensions au Moyen-Orient perturbe l'offre mondiale en brut, les courtiers digérant en outre des indicateurs mitigés aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre a poursuivi sa nette avancée de la veille, se hissant de 1,27 dollar, à 95,60 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à son plus haut niveau en clôture depuis le 11 mai.

Les prix de l'or noir new-yorkais ont ainsi poursuivi leur nette hausse entamée la veille, après l'annonce d'une baisse plus forte qu'attendu des stocks de brut aux Etats-Unis, un signal rassurant sur la consommation énergétique du pays.

"Les cours continuent à trouver du soutien auprès des chiffres des stocks (publiés mercredi) qui ont fait état d'un recul plus important qu'anticipé", a noté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Selon le département américain de l'Energie (DoE), les stocks de pétrole brut ont reculé de 3,7 millions de barils lors de la semaine achevée le 10 août, un recul deux fois plus prononcé que celui escompté par les analystes.

En outre, les stocks d'essence, très surveillés lors de la période estivale des grands déplacements en voiture, ont enregistré un recul également bien plus fort que prévu, baissant à 2,4 millions de barils contre 1,7 million.

Ce chiffre était accueilli avec "surprise" par les analystes de Commerzbank qui pointaient "le maintien de la cadence soutenue des raffineries" américaines qui, selon le rapport du DoE, ont continué à fonctionner à 92,6% de leurs capacités cette semaine.

Par ailleurs, si le pétrole a légèrement faibli dans la matinée, après la sortie de statistiques américaines mitigées, "l'escalade des tensions géopolitiques a encore une fois fait repartir les prix à la hausse", a noté Matt Smith, de Summit Energy.

En particulier, "les gros titres en provenance d'Israël" et notamment les rumeurs persistantes d'une guerre imminente contre l'Iran "accentuent la nervosité du marché qui s'inquiète d'une nouvelle escalade de la violence" dans cette région clef pour la production de pétrole, a ajouté M. Lipow.

En effet, le scénario d'une guerre que pourrait lancer Israël contre l'Iran et son programme nucléaire, est évoqué quotidiennement en ce moment par les médias israéliens.

ppa/jum/are

PLUS:afp