NOUVELLES

Le bilan définitif du triple crash d'hélicoptères au Kenya est de sept morts (armée kényane)

16/08/2012 11:01 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

Les corps des derniers militaires ougandais encore portés disparus dans l'accident de leurs trois hélicoptères dimanche au Kenya ont été découverts jeudi, a annoncé un porte-parole de l'armée kényane portant le bilan définitif à sept morts et quinze survivants.

"Nous avons retrouvé cinq corps" jeudi, dans l'épave calcinée d'un des hélicoptères, en plus de ceux des deux pilotes déjà découverts mardi, a déclaré à l'AFP ce porte-parole Bongita Ongeri.

Un corps initialement annoncé comme repéré mercredi, peu avant l'interruption des recherches en raison du mauvais temps, n'était finalement pas confirmé, a-t-il précisé.

"Les sept soldats qui étaient dans l'appareil ont désormais été retrouvés", a-t-il ajouté, "les opérations de secours sont terminées".

Les corps de tous les occupants "ont été retrouvés à l'intérieur de l'épave calcinée de l'hélicoptère. Ils ont été récupérés et transportés vers Nairobi", a-t-il précisé.

Les quinze militaires ougandais à bord des deux autres hélicoptères qui se sont écrasés en même temps dimanche sur le Mont Kenya avaient tous été récupérés vivants lundi et mardi.

Les opérations de recherche et de secours ont été constamment compliquées par la mauvaise météo et le terrain difficile sur les pentes du plus haut sommet du pays - et deuxième d'Afrique - qui culmine à 5.199 m d'altitude, partiellement recouvert de forêts denses.

Au total, quatre hélicoptères militaires ougandais de fabrication russe - trois Mi-24 d'attaque et un appareil de transport Mi-17 - avaient décollé dimanche d'Ouganda à destination de la Somalie, via plusieurs escales au Kenya, mais seul le Mi-17 était arrivé le soir à l'étape prévue dans l'est du Kenya.

Un des responsables des opérations de secours, Simon Gitau, conservateur du Parc national du Mont Kenya avait indiqué mercredi à l'AFP que les trois épaves avaient été retrouvées dans un rayon de un à deux km. "Les hélicoptères se sont écrasés à une altitude d'environ 12.000 pieds" (3.650 m), avait-il ajouté.

Un premier hélicoptère - qui avait envoyé un message d'urgence dimanche soir - avait été retrouvé lundi accidenté sur le Mont Kenya et ses sept occupants secourus vivants. Les deux autres épaves, dont l'une en feu, avaient été localisées mardi après 36 heures de recherche.

Les huit occupants de l'appareil n'ayant pas pris feu avaient été retrouvés et secourus ce même jour, à huit km du lieu de l'accident, dont ils s'étaient éloignés à pied.

Les causes exactes du triple accident sont encore inconnues, mais mardi soir le secrétaire d'Etat ougandais à la Défense, Jeje Odongo, a mis en cause la météo, tout en annonçant la mise en place par le président Yoweri Museveni d'une commission d'enquête.

L'Ouganda avait annoncé le 8 août l'envoi d'"hélicoptères de combat et de transport" en Somalie, pour renforcer les capacités opérationnelles et la puissance de feu de la Force de l'UA en Somalie (Amisom) qui y combat les insurgés islamistes shebab. Le contingent ougandais - 6.500 soldats - est le plus important en nombre de l'Amisom.

Les appareils devaient sans doute être engagés dans la bataille, annoncée comme imminente, pour le port de Kismayo, poumon économique des shebab, objectif annoncé de l'Amisom alors qu'approche la fin du mandat des actuelles autorités somaliennes de transition.

dw-ayv/aub

PLUS:afp