NOUVELLES

L'armée syrienne libère par la force une équipe de la TV officielle

16/08/2012 06:31 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

L'armée syrienne a libéré jeudi à l'aube une équipe de la télévision officielle d'information Al-Ikhbariya au terme d'une opération militaire dans la région de Damas, ont rapporté les médias officiels.

Les forces armées "ont libéré grâce à une opération efficace", l'équipe "enlevée par un groupe terroriste dans la région d'Al-Tall" vendredi, a annoncé l'agence officielle Sana.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme a de son côté affirmé que les troupes étaient entrées dans plusieurs secteurs de la ville d'Al-Tall bombardée et en proie aux combats depuis plus d'une semaine.

Il a également fait état de la "libération de l'équipe d'Al-Ikhbariya après un assaut contre le bâtiment dans lequel ils étaient retenus dans la ville".

Les trois reporters, Yara Saleh, Abdallah Tabra et Hossam Imad, ont été accueillis au siège de la radio-télévision par de nombreux officiels, dont le ministre de l'Information, Omrane al-Zohbi.

Mme Saleh a déclaré lors d'un entretien à la télévision syrienne, faisant allusion aux rebelles, que "les médias syriens leurs portent préjudice, c'est pour cela qu'ils s'en prennent à eux".

M. Tabra a, lui, remercié "les membres des commandos de l'armée", les qualifiant de "héros".

L'équipe avait été enlevée alors qu'elle accompagnait l'armée dans une opération près de Damas.

La chaîne avait fait porter aux "groupes armés et aux pays qui les soutiennent l'entière responsabilité de la sécurité des membres de son équipe".

Les médias pro-régime sont récemment devenus la cible d'assassinats, de rapt et d'exactions notamment de la part des insurgés.

Un responsable de l'agence officielle syrienne Sana a été assassiné par les rebelles devant sa maison à Damas et un groupe lié à Al-Qaïda a revendiqué le meurtre il y a un mois d'un présentateur de la télévision d'Etat.

Le 6 août, le siège de la radio-télévision à Damas avait été visé par un attentat à la bombe qui avait fait des blessés.

Et un journaliste de la télévision iranienne en langue arabe Al-Alam a été enlevé par les rebelles à Homs (centre).

rim/rd/sbh/feb

PLUS:afp