NOUVELLES

Gabon/manifestations: l'opposition revoit le bilan à un mort, le pouvoir maintient le sien

16/08/2012 12:11 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT

L'opposition gabonaise a revu jeudi son bilan de la dispersion d'une manifestation mercredi, passant de trois à un mort, alors que le pouvoir maintient que la police n'est à l'origine d'aucun décès.

L'opposition avait donné mercredi soir un bilan de trois morts, évoquant dans un premier temps "deux compatriotes tuées", puis parlant d'un "troisième décès".

"Toutes vérifications faites il y a bien une morte. Elle s'appelle Mwada Elizaberte", a affirmé jeudi Zacharie Myboto, président du parti dissous l'Union nationale (UN) de André Mba Obame.

Le frère de la personne décédée, Gilbert Nguema, a affirmé à l'AFP que sa soeur, coiffeuse dans un salon dans le quartier de la manifestation, était asthmatique.

"Lorsque j'arrive je vois ma petite soeur qui était en train d'agoniser, le sang sort par le nez et par la bouche. Elle me dit que lorsqu'elle était en train de fermer le box (de coiffure), les agents ont lancé des gaz lacrymogènes, ça l'a touchée à la face. Ils ont commencé à la tabasser", a-t-il dit

Il a confié que sa soeur était morte à l'arrivée à l'hôpital de Libreville.

Une source médicale sous couvert de l'anonymat a indiqué à l'AFP qu'elle était "couverte de sang".

"Ca moussait par le nez et la bouche. J'ai tenté de trouver une blessure, je n'ai trouvé ni blessure ni ecchymose. Il est probable qu'elle a fait une réaction aux gaz lacrymogènes", a précisé cette source.

Le ministère de la Santé a pour sa part indiqué avoir "reçu à 16H00 (mercredi) un jeune femme âgée de 22 ans qui était déjà décédée".

"Il n'a été constaté à l'examen aucun traumatisme crano-facial, du thorax ou de l'abdomen. Il a été constaté un saignement de nez qui n'a a priori aucun rapport avec le décès. Il s'agit d'une mort naturelle sans doute liée à des antécédents de la personne", selon le ministère.

De son côté, le pouvoir a maintenu sa ligne indiquant que les forces de l'ordre avaient dispersé sans brutalité excessive "une manifestation interdite", selon une source haut placée de la présidence.

"Depuis vendredi, l'opposition fait dans la manipulation. Ils passent maintenant de 3 morts à un mort. Il n'y a pas de mort due à la manifestation. C'est malheureux mais ce n'est pas parce qu'il y a une manifestation de l'UN qu'il n'y a plus de morts naturels au Gabon", selon cette source.

"Les dégâts occasionné sont dus à la volonté manifeste des membres de l'ex-Union nationale d'organiser des troubles au Gabon. L'ex-UN est responsable de ce qui s'est passé. Ils ont annoncé et exécuté ces troubles qui mettent l'unité du pays en péril en commettant des actions barbares."

pgf/xbs/jms

PLUS:afp