La Coalition avenir Québec (CAQ) promet des turbulences aux Québécois: si le Parti québécois (PQ) forme un gouvernement minoritaire, le chef François Legault avertit que la collaboration sera difficile et laisse entendre que d'autres élections ne sauraient tarder.

Et si c'est la CAQ qui l'emporte, son vent de changement va frapper fort.

Le chef a dit ne pas avoir la langue de bois et il semblait vouloir en faire la démonstration jeudi après-midi dans sa propre circonscription de L'Assomption.

Le Québec a enfin une chance d'avoir du changement, mais il va venter fort, a-t-il souligné.

Car toutes les forces du statu quo, et il vise spécifiquement les syndicats et les commissions scolaires, vont tout faire pour protéger leurs acquis.

Pour les mêmes raisons, François Legault s'est d'ailleurs dit conscient que les changements qu'il propose amènent leur lot d'inquiétudes chez les citoyens.

Et il envisage une cohabitation difficile avec le PQ si ce dernier remporte les élections en statut minoritaire.

Car les objectifs de la CAQ — dont réduire la bureaucratie — ne seront pas possibles avec le PQ qui a les mains liées, selon lui, notamment par ses promesses aux syndicats qui représentent les fonctionnaires et qui chercheront à protéger leurs emplois.

Si ce scénario devait se réaliser, le Québec serait en élections plus tôt que tard, prédit le chef caquiste.

Il n'a toutefois pas voulu confirmer s'il prendrait sur ses épaules le fardeau de la provocation d'un autre scrutin, se contentant de se déclarer confiant, visiblement encouragé par les récents sondages, que la CAQ formera un gouvernement majoritaire le 4 septembre.

Les propos de M. Legault n'ont pas impressionné son rival libéral Jean Charest. «Si j'ai bien compris son programme à lui, ce sont deux choses: des chicanes et des élections à répétition. Je ne trouve pas cela très responsable», a-t-il lancé.


Loading Slideshow...

Loading Slideshow...
  • 7 novembre 1998

    François Legault a été nommé ministre de l'Industrie et du Commerce par Lucien Bouchard, mais devait d'abord être élu. On le voit ici lors d'un rassemblement à Saint-Roch-de-l'Achigan avec sa femme. (PC/Paul Chiasson)

  • 23 février 2000

    Au Sommet du Québec et de la jeunesse, avec son premier ministre Lucien Bouchard et Jean Charest, alors chef de l'opposition. (CP PHOTO/Jacques Boissinot)

  • 13 novembre 2001

    François Legault, alors ministre de l'Éducation et de l'Emploi, félicite deux nouveaux venus au cabinet des ministres, Rita Dionne-Marsolais et Richard Legendre. (CP PHOTO/Jacques Boissinot)

  • 12 janvier 2009

    La chef de l'opposition Pauline Marois en compagnie de François Legault, alors critique péquiste en matière de Finances. (PC/Jacques Boissinot)

  • 25 juin 2009

    François Legault quitte l'Assemblée nationale après avoir annoncé son retrait de la vie politique. (PC/ Jacques Boissinot)

  • 21 février 2011

    L'ancien ministre François Legault et l'homme d'affaires Charles Sirois annoncent la création de la Coalition pour l'avenir du Québec, qui deviendra par la suite un parti. (PC/Jacques Boissinot)

  • 14 novembre 2011

    François Legault dévoile les couleurs de son nouveau parti, la Coalition avenir Québec. (PC/Jacques Boissinot)