INTERNATIONAL

États-Unis: le juge rejette le plaidoyer de culpabilité du tireur de Fort Hood

16/08/2012 10:15 EDT | Actualisé 16/10/2012 05:12 EDT
AP

Le soldat américain accusé d'être l'auteur de la fusillade qui a fait 13 morts en novembre 2009 sur la base de Fort Hood (Texas) a vu sa demande de plaider coupable rejetée mercredi par le juge, alors que son procès censé débuter lundi a été reporté sine die.

Américain d'origine palestinienne, le commandant Nidal Hasan a tenté de plaider coupable pour 13 meurtres prémédités, mais le colonel Gregory Gross, en charge du procès, a refusé sa requête arguant que la loi militaire ne permet pas les plaider-coupables dans les procès où la peine de mort est en jeu. Le juge a finalement considéré que l'accusé plaidait non coupable.

Une Cour d'appel américaine a par ailleurs ordonné, dans une décision de dernière minute, de reporter le procès censé démarrer lundi afin de se pencher sur les objections de l'accusé Nidal Hasan quant à une menace du juge de le faire raser de force, alors qu'il se laisse pousser la barbe malgré l'interdiction stipulée par le règlement de l'armée.

Le juge a ordonné à l'accusé de raser sa barbe avant de comparaître, faute de quoi il sera rasé de force.

Il arrive qu'à cause de comportements indisciplinés, les inculpés soit exclus du tribunal.

Nidal Hasan est devenu paraplégique après avoir reçu une balle lors de l'échange de tirs sur la base de Fort Hood. Considéré comme un "loup solitaire" d'Al-Qaïda, il a été reconnu par de nombreux témoins comme la personne ayant ouvert le feu au hasard, aussi bien sur ses collègues que sur des civils, en criant "Allah akbar!".

Le drame avait créé un choc dans l'opinion américaine. Le haut commandement de l'armée a été soumis à d'intenses critiques pour avoir ignoré des signes avant-coureurs dans le comportement du commandant Hasan qui, selon le FBI, correspondait par courriel avec l'imam radical Anouar Al-Aulaqui, tué dans une attaque de drone au Yémen en septembre 2011.

str/jk/sat/lor