Dîner en Blanc: marée blanche à la Place des Arts

Publication: Mis à jour:
DINER EN BLANC
Le Dîner en Blanc s'est déroulé le jeudi, 16 août à Montréal. (Crédit photo: Agence QMI) | Agence QMI

Pour une quatrième année consécutive, une marée humaine toute de blanc vêtue a pris d'assaut la ville de Montréal, jeudi soir, pour le désormais traditionnel Dîner en Blanc, ce repas à la belle étoile devenu l'un des événements les plus courus à travers le monde.

Le concept du Dîner en Blanc est de plus en plus connu : quelques milliers de personnes - obligatoirement habillées en blanc de la tête aux pieds - se réunissent à un moment précis pour partager un souper en plein air, dans une ambiance de franche camaraderie. Histoire de conserver une aura de mystère, le lieu du rassemblement n'est dévoilé qu'à la toute dernière minute; jeudi, c'est sur l'esplanade de la Place des Arts que les 4200 convives ont festoyé. Soucieux d'être écologiquement responsables, les organisateurs avaient obligé les participants à se rendre au point de rendez-vous en métro ou dans l'un des 10 autobus mis à leur disposition.

Close
Photos de l'édition 2012 du Dîner en blanc de Montréal
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Dès 19h30, des hommes et des femmes de tous les âges ont donc installé leurs tables, sorti leur vaisselle et préparé la nourriture qu'ils avaient apportée. Des ballons, où était inscrite l'appellation « Dîner en Blanc », ont aussi été distribués à tous. Une fois tout le monde installé, chacun a symboliquement agité sa serviette de table dans les airs pour signaler la « prise » du site et le début de la soirée, dans un grand geste uni. Dès lors, le ton était donné pour un moment de pur bonheur. Détendus, chics - plusieurs hommes arboraient de distingués habits, tandis que leurs conjointes se pavanaient dans de somptueuses robes longues et que d'autres encore exhibaient paillettes et chapeaux - les gens ne boudaient pas leur plaisir de faire partie de cette fête unique, à laquelle ne prend pas part qui veut.

Un peu plus tard, comme à l'habitude, devaient être allumés des feux de Bengale pour déclarer le dîner terminé et marquer l'ouverture de la piste de danse. Les invités allaient ensuite quitter la Place des Arts vers 23h30, après avoir soigneusement ramassé tous leurs déchets.

Audrey Vézina et David Lavoie en étaient à leur seconde édition du Dîner en Blanc. Pour eux, rien ne vaut le faste qui se dégage de cette réunion hors du commun. Ils se sont confiés au Huffington Post Québec entre deux bouchées de pâtés et de fromages, eux qui, l'an dernier, avaient plutôt dégusté du sushi.

«J'ai des amis qui y avaient participé il y a trois ans, et j'avais vu des photos sur Facebook. Je me suis inscrit sur la liste d'attente, et c'est ainsi qu'on a pu entrer dans ce club sélect, a expliqué David en riant. Il y a un esprit festif. Partout, on voit des sourires. Tout le monde a les yeux brillants. Le mélange des âges est aussi intéressant.»

«C'est glamour, c'est un beau happening», a renchéri sa camarade.

Chris Hammond, de son côté, en était à sa toute première expérience du genre. Pour la vivre en grand, il s'est impliqué en conduisant l'un des autobus qui menaient les participants au lieu de rendez-vous. Il était accompagné de neuf de ses amis.
« Nous, on est épicuriens, on adore fêter les belles choses de la vie. On aime participer à des soirées originales », a-t-il laissé tomber. Ses copains et lui se délectaient de charcuteries, de tartare de bœuf, de foie gras et de fromages, et avaient très hâte de passer au dessert.

Très sévère

Plusieurs règlements très stricts ponctuent chacune des moutures du Dîner en Blanc. À titre d'exemple, pour s'y présenter, il faut avoir été invité par quelqu'un ou alors s'inscrire longtemps d'avance sur la liste d'attente. Si, par malheur, un individu ne se présente pas au rendez-vous après s'y être inscrit, il sera banni lors des éditions subséquentes. La vaisselle qu'on traîne avec soi doit en être de la vraie, et non pas en plastique. Le vin et le champagne sont admis, mais pas la bière. Le dîner a lieu beau temps, mauvais temps et, bien sûr, le blanc est de mise.

« C'est ce qui fait la beauté de l'événement, a précisé Sandy Safi, directrice au développement du Dîner en Blanc International. Si on veut continuer d'inviter 4000 ou 5000 personnes, on doit exiger des gens qu'ils soient respectueux. Et c'est naturellement très élégant. Ça tourne autour de la gastronomie, qui est aujourd'hui très tendance. Les gens font des efforts pour préparer un bon repas, au lieu de simplement aller au restaurant, mettre ses pieds sous la table et attendre de se faire servir. Ici, on participe vraiment à l'événement, on le créée. »

Depuis quelques années, le Dîner en Blanc ne cesse de s'étendre un peu partout à travers le globe. L'Australie, l'Espagne, le Rwanda, ainsi que plusieurs villes des États-Unis, ont déjà adhéré au mouvement. Au Canada, Toronto et Vancouver suivent aussi la vague, tout comme Québec, qui tenait son rassemblement en même temps que celui de Montréal.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Dîner en blanc 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction