NOUVELLES

Une vingtaine de Syriens seraient retenus en otages au Liban

15/08/2012 08:26 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Des membres armés du clan familial d'un Libanais chiite détenu par l'opposition syrienne ont déclaré mercredi avoir capturé plus de 20 ressortissants syriens et disent vouloir les retenir en otages jusqu'à la libération de leur proche.

Abou Ali al-Mikdad, un parent du prisonnier Hassane Salim al-Mikdad, a déclaré à des journalistes à Beyrouth que la famille avait pris en otage «plus de 20 Syriens», dont un responsable de l'Armée syrienne libre (ASL).

Dans une vidéo diffusée par les opposants, Hassane Salim al-Mikdad affirme être un membre du Hezbollah envoyé en Syrie pour se battre aux côtés des forces gouvernementales. Le mouvement chiite libanais a toutefois démenti l'appartenance de cet homme à ses rangs. Selon sa famille, il vivait en Syrie depuis plus d'un an.

Mercredi, la chaîne de télévision libanaise Al-Mayadin a diffusé une vidéo présentant deux des Syriens qui auraient été enlevés. Ils affirment appartenir à l'ASL. L'un d'eux se présente comme le capitaine Mohammed et explique que sa mission consistait à fournir des armes et des combattants à l'insurrection armée.

«J'appelle (l'ASL) à libérer les prisonniers qu'ils retiennent car ils sont innocents», dit un autre homme, qui affirme s'appeler Maher Hassan Rabih.

La famille Al-Mikdad forme un puissant clan chiite originaire de la vallée de la Bekaa, dans l'est du Liban, une zone où le contrôle de l'État n'est pas total. Comme la plupart des tribus de cette région, elle possède ses propres hommes en armes.

Les opposants syriens ont enlevé à plusieurs reprises des ressortissants de pays ou de groupes étrangers alliés au régime de Damas, dominé par les alaouites, une branche du chiisme, alors que la majorité des Syriens sont sunnites.

En mai, 11 Libanais chiites avaient été enlevés peu après avoir franchi la frontière turque, alors qu'ils se dirigeaient vers le Liban. En août, 48 Iraniens considérés par les rebelles comme des renforts pour le régime de Bachar el-Assad ont été enlevés près de Damas.

Le Liban, sous tutelle syrienne pendant 30 ans, jusqu'en 2005, est profondément divisé entre partisans et détracteurs du président El-Assad. Ils se sont affrontés ces derniers mois, surtout dans la ville de Tripoli, dans le nord du Liban.

PLUS:pc