NOUVELLES

Un dirigeant sudiste autonomiste arrêté à son retour au Yémen

15/08/2012 03:33 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Les services de sécurité yéménites ont arrêté un dirigeant du mouvement sudiste autonomiste, Ahmad al-Hassani, à son retour d'exil mercredi à l'aube à l'aéroport d'Aden (sud), a indiqué à l'AFP un responsable local.

M. Hassani, secrétaire général du Rassemblement démocratique sudiste et ancien diplomate, "a été arrêté à son retour de Beyrouth à l'aube", a précisé cette source sans autres détails.

"Trois membres des services de renseignement ont enlevé M. Hassani et l'ont conduit vers une destination inconnue", a pour sa part déclaré à l'AFP un chef local du Mouvement sudiste, Nasser al-Khabji, qui attendait le dirigeant à l'aéroport.

"Ils l'ont menotté et l'ont conduit vers une voiture civile qui l'attendait devant une sortie secondaire de l'aéroport", a-t-il dit.

Quelque 300 partisans du Mouvement sudiste se sont ensuite rassemblés devant l'aéroport, scandant des slogans hostiles à l'unité du Yémen et réclamant la libération de M. Hassani, selon des témoins.

M. Khabji a affirmé que cette arrestation constituait "la preuve que le dialogue national prévu est vain, car si le gouvernement d'entente nationale était réellement engagé dans le dialogue, il n'aurait pas enlevé et arrêté des dirigeants politiques".

M. Hassani, en exil en Grande-Bretagne depuis 2006, avait annoncé mardi dans un communiqué son intention de revenir au Yémen "pour contribuer au renforcement de l'unité des rangs des sudistes".

Un dialogue national entre toutes les composantes yéménites doit démarrer à l'automne, dans le cadre de l'accord ayant permis le départ en février du président contesté Ali Abdallah Saleh, et superviser l'élaboration d'une nouvelle Constitution et l'organisation d'élections.

Le Mouvement sudiste demande l'autonomie --et pour sa tendance dure l'indépendance-- du sud du Yémen qui avait fusionné avec le Nord en 1990. Quatre ans après l'unification, une éphémère tentative de sécession sudiste avait été matée par les troupes de Sanaa.

str/at/sbh

PLUS:afp