NOUVELLES

Le Malawi ne veut "pas de guerre" frontalière avec la Tanzanie

15/08/2012 05:12 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

Le Malawi n'a pas l'intention d'entrer en guerre contre la Tanzanie pour régler le problème frontalier qui oppose les deux pays sur le lac Malawi, où des gisements de gaz et de pétrole ont été découverts, a affirmé mercredi la présidente Joyce Banda.

"Même si la solution diplomatique échoue, cela ne veut pas dire nécessairement que nous allons entrer en guerre avec nos frères et nos soeurs de Tanzanie, parce que nous pouvons recourir à d'autres moyens pour régler le problème", a déclaré Mme Banda devant la presse.

La Tanzanie, colonisée d'abord par l'Allemagne puis par le Royaume-uni, réclame une partie des 29.600 km2 du lac. Le Malawi s'appuie sur un accord passé en 1890 qui stipule que la frontière entre les deux pays court le long de la rive tanzanienne, attribuant toutes les eaux du lac au Malawi.

En septembre 2011, le gouvernement malawite de l'ancien président Bingu wa Mutharika a attribué à une firme britannique, Surestream Petroleum, une licence de prospection de pétrole et de gaz dans le lac.

"Même si c'est un fait connu de tous que le lac appartient au Malawi, nous allons discuter avec nos partenaires tanzaniens et résoudre nos différends par la diplomatie et à l'amiable", a insisté Mme Banda.

La présidente a annoncé son intention d'aborder la question avec son homologue Jakaya Kikwete lors du sommet de la SADC (Organisation de l'Afrique australe) vendredi et samedi au Mozambique.

Le 1er août, la Tanzanie avait déjà plaidé pour une solution négociée. "C'est une question sensible et nous aimerions qu'elle soit résolue à l'amiable. Nous allons continuer à négocier", avait alors indiqué à l'AFP le ministre tanzanien des Affaires étrangères, Bernard Membe.

fm-cpb/jb

PLUS:afp