NOUVELLES

Labrador Iron Mines accroît sa perte à 10,6 millions $ au premier trimestre

15/08/2012 12:22 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Labrador Iron Mines Holdings cherche à réduire ses coûts en capital qui n'affectent pas ses plans de développement clés, alors que les prix en baisse du minerai de fer en Chine font chuter ses revenus et rendent plus difficile de trouver des acheteurs pour certains produits en acier.

«C'est un marché d'acheteurs en ce moment», a affirmé mercredi le président et chef de la direction de Labrador Iron Mines, John Kearney, à l'occasion d'une conférence téléphonique organisée afin de discuter des plus récents résultats trimestriels de l'entreprise.

La société torontoise n'a pas répondu aux attentes des analystes, ayant perdu 10,6 millions $ au premier trimestre, ce qu'elle a attribué au ralentissement de l'économie mondiale et à l'existence d'importants stocks chinois de minerai de fer, qui ont ralenti les expéditions de cette matière première depuis le port de Sept-Îles, sur la Côte-Nord. La perte trimestrielle inclut des éléments non récurrents de 9,8 millions $.

Labrador Iron Mines a enregistré une perte nette de 16 cents par action au cours de la période de trois mois terminée le 30 juin, alors que ses revenus se sont élevés à 38 millions $.

Un an plus tôt, avant l'amorce d'activités minières à grande échelle, la compagnie avait encaissé une perte nette de 4,7 millions $, ou neuf cents par action.

Les analystes s'attendaient en moyenne à ce que Labrador Iron Mines génère un bénéfice net de six cents par action ou de cinq cents par action sur une base ajustée sur des revenus d'environ 57,6 millions $, selon les prévisions compilées par Thomson Reuters.

L'entreprise a dit avoir été en mesure de compléter seulement trois livraisons au cours du trimestre, une quatrième ayant due être reportée au trimestre en cours.

Les prix du minerai de fer ont chuté à 111 $ US la tonne, ce qui a eu pour effet de réduire la génération de revenus nécessaires au financement de plusieurs projets clés qui devraient faire passer la production annuelle de minerai de fer à trois millions de tonnes en 2013, comparativement à 500 000 tonnes l'an dernier.

La compagnie a indiqué être toujours en voie de produire deux millions de tonnes cette année.

Labrador Iron Mines figure parmi les quelques entreprises développant des activités minières près de la frontière entre le Québec et le Labrador, un secteur qui compte de vastes réserves de minerai de fer. Des activités à grande échelle ont été amorcées à sa nouvelle mine James au début du trimestre.

À la Bourse de Toronto, mercredi, les actions de Labrador Iron Mines (TSX:LIM) ont clôturé à 1,85 $, en baisse de 17 cents, soit 8,4 pour cent, par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc