NOUVELLES

Jean-Martin Aussant et les débats: «ce n'est pas un caprice»

15/08/2012 01:34 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant, affirme que s'il ne peut être présent aux débats des chefs, il doit obtenir un temps d'antenne équivalent aux autres chefs par un autre moyen.

M. Aussant, seul représentant de son parti à l'Assemblée nationale et candidat dans Nicolet-Bécancour, a déposé une requête en injonction pour obtenir le droit de participer aux débats des chefs dans le cadre de la présente campagne électorale.

M. Aussant avait été élu sous la bannière du Parti québécois, lors des dernières élections, avant de quitter le parti pour d'abord siéger comme indépendant, puis fonder son propre parti, Option nationale.

Il insiste donc pour être invité au débat des chefs qui doit opposer le 19 août, à Radio-Canada, RDI et Télé-Québec, Jean Charest du Parti libéral, Pauline Marois du Parti québécois, François Legault de la Coalition avenir Québec et Françoise David de Québec solidaire. Dans sa requête, il vise également le réseau TVA, qui diffusera trois débats des chefs en duos, en excluant cette fois également Françoise David, de Québec solidaire.

«Ce n'est pas un caprice qu'on fait là», s'est exclamé mercredi M. Aussant, à Saint-Grégoire, dans sa circonscription.

«On plaide que la loi est très claire: tous les partis représentés au Parlement doivent avoir un temps d'antenne équivalent, qualitativement et quantitativement. Ce qui veut dire que si on n'est pas au débat des chefs, il faut qu'on ait une expression médiatique ailleurs pour faire valoir nos idées», a-t-il affirmé.

L'idéal, à ses yeux, serait que tous les chefs se trouvent ensemble pour confronter leurs idées et que les électeurs puissent ainsi juger.

La députée sortante de Crémazie, Lisette Lapointe, se dit «attristée» que M. Aussant ne puisse participer aux débats des chefs.

Si le tribunal ne tranche pas en sa faveur, elle «invite Radio-Canada à lui offrir une demi-heure de temps d'antenne gratuit où il pourrait refaire un Point de mire à la René Lévesque. Je pense que Radio-Canada aurait une bonne cote d'écoute», a avancé l'ancienne députée péquiste.

PLUS:pc