NOUVELLES

Four Nations - Argentine: Roncero soigne sa sortie

15/08/2012 09:17 EDT | Actualisé 15/10/2012 05:12 EDT

Après avoir annoncé sa retraite en club avec le Stade Français, le pilier Rodrigo Roncero vise, à 35 ans, une fin de carrière en apothéose: réussir les grands débuts de l'Argentine dans le Four Nations de rugby, avec un premier match face à l'Afrique du Sud, samedi au Cap.

Ne jamais dire "plus jamais". Le 25 avril, après la victoire du Stade Français face à Perpignan en Top 14, Rodrigo annonçait sa retraite en fin de saison. "Je me suis dit: +c'est bon, ça suffit+. J'ai passé de très bonnes années et je crois qu'il faut laisser la place à d'autres joueurs", expliquait-il alors.

A l'annonce, fin mai, de sa convocation au sein des Pumas, il fut question d'un jubilé lors des test-matches de juin face à l'Italie et au XV de France. Mais l'entraîneur français Philippe Saint-André, qui avait axé une partie de son discours sur ce point, en fut pour ses frais: après un essai contre l'Italie le 9 juin, Rodrigo fut dispensé de la double réception des Français, avec une nouvelle feuille de route en poche: le Four Nations.

"J'ai expliqué à Tati (l'entraîneur Santiago Phelan) ce que je ressentais à l'intérieur. Il m'a conseillé de partir en vacances et m'a dit qu'il m'attendait à Pensacola (centre de préparation en Floride, NDLR). J'ai terminé le Top 14 vidé. Mais le fait de me joindre au groupe m'a fait voir les choses différemment", a expliqué le pilier à la chaîne ESPN.

Difficile en effet, pour Phelan, de se passer de l'expérience et de la combativité de Roncero pour la première préparation des Pumas dans le Four Nations aux côtés des géants de l'hémisphère Sud: Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande.

A 35 ans et 49 sélections (5 essais), l'ex-Parisien, médecin de formation, a tout connu avec les Pumas depuis sa première cape contre le Japon en 1998, et notamment trois Coupes du monde dont l'édition 2007 conclue sur une historique 3e place qui vaut cinq ans plus tard cette reconnaissance internationale aux Argentins.

Ironie de l'histoire, c'est contre... le Stade Français que les Pumas ont achevé leur préparation. Le club parisien, dont Roncero portait les couleurs depuis 2004 et son arrivée en provenance de Gloucester (Angleterre), a disputé deux matches de préparation contre la sélection nationale (1 victoire et 1 défaite).

"J'ai d'avantage joué au Stade Français qu'au Deportiva Francesa (son premier club à Buenos Aires, NDLR) et je le considère comme mon club. Je dirais que j'y ai passé les meilleures années de ma vie", rappelle-t-il.

Après avoir lutté pendant des années pour un siège permanent au banquet des nations majeures du rugby mondial, l'Argentine se sait attendue au tournant dès samedi au Newlands Stadium face à des Springboks qui n'ont jamais connu la défaite face aux Pumas (13 victoires depuis 1993).

"Il y a deux ans, tout cela nous paraissait impossible mais maintenant, nous sommes là. Ce sera très difficile mais nous nous sentons bien pour les affronter", a assuré Roncero depuis le Cap.

Les deux nations disputeront la seconde manche samedi 25 août à Mendoza. Les Pumas se mesureront ensuite aux Australiens et aux Néo-Zélandais. Un programme de choix pour une fin de carrière.

str/ol/bpa/jfm

PLUS:afp