Huffpost Canada Quebec

Bernard Landry: François Legault est un arriviste rongé par l'ambition

Publication: Mis à jour:

QUÉBEC - François Legault n'est qu'un arriviste, qui semble prêt à tout pour prendre le pouvoir, aux yeux de l'ex-premier ministre Bernard Landry.

Lors d'une entrevue à La Presse Canadienne, mercredi, M. Landry n'a pas mâché ses mots pour exprimer sa stupéfaction la plus totale à la suite du changement de cap radical de son ancien ministre sur la question nationale.

«Je suis vraiment bouleversé par l'attitude de François Legault», raconte M. Landry, encore sous le choc, en se rappelant que le François Legault qu'il a côtoyé pendant des années était «un indépendantiste ardent», et, de tous ses ministres, un de ceux qui poussaient le plus fort pour promouvoir la souveraineté et accélérer la tenue d'un référendum.

Devenu depuis le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault a d'abord dit qu'il fallait mettre la question nationale entre parenthèses pendant une décennie, avant de lâcher une bombe, la semaine dernière, en affirmant qu'il voterait non, s'il y avait un nouveau référendum sur la souveraineté du Québec.

L'ex-premier ministre péquiste en poste jusqu'en 2003 ne peut expliquer un tel revirement que «par un certain arrivisme, un certain désir d'ambition personnelle supérieure à l'intérêt national».

Interrogé à savoir s'il voyait désormais en François Legault un traître à la patrie, M. Landry s'en est tiré par une litote qui en dit long sur ses états d'âme: «Je n'aime pas utiliser des mots injurieux en démocratie, mais si c'était permis il m'en viendrait beaucoup à l'esprit.»

Chose certaine, un tel virage, sur une question aussi fondamentale au Québec, ne doit pas rester lettre morte, selon celui qui estime que le chef caquiste doit des explications à la population.

Quand il était ministre, François Legault voulait faire la souveraineté et la faire tout de suite, insiste M. Landry. À telle enseigne que M. Legault, soutenu par François Rebello, avait, selon ses dires, manoeuvré en coulisses pendant deux ans au début des années 2000, pour saper son leadership «parce qu'ils trouvaient que je n'étais pas aussi ardent qu'eux».

Des fonds publics pour la souveraineté

Non seulement était-il pressé de faire du Québec un pays, mais l'actuel chef de la CAQ ne voyait alors aucun problème à consacrer des fonds publics pour parvenir à ses fins, se rappelle M. Landry.

Pourtant, à la suite de la publication d'une dépêche de La Presse Canadienne, dimanche, indiquant qu'un gouvernement péquiste injecterait des fonds publics pour mener à bien des études sur la souveraineté et préparer le terrain en vue d'un éventuel référendum, M. Legault avait exprimé son indignation sur son compte Twitter.

«Même lorsque j'étais au PQ, j'étais contre l'utilisation de fonds publics pour faire des études sur la souveraineté», écrivait M. Legault, dimanche, dans un commentaire qui a laissé l'ex-premier ministre Landry pantois.

Il rappelle que François Legault, tant au pouvoir que dans l'opposition, insistait pour préparer le «Budget de l'an 1» d'un Québec souverain, ce qu'il a finalement réussi à faire grâce aux fonds publics.

«Où a-t-il pris ses budgets pour faire ses budgets de l'an 1? Est-ce qu'il a fait faire ça par des bénévoles à l'université? Ou s'il a pris ses équipements, ses fonctionnaires, ses assistants, ses attachés politiques? Il y a là une faille invraisemblable, une très grosse contradiction» dans le discours du chef de la CAQ, tonne Bernard Landry.

«Il voulait des moyens que nous lui avons fournis, pour faire le budget du Québec souverain», se remémore-t-il.

Qui plus est, grâce à ce fameux budget hypothétique, publié en 2005, M. Legault, qui a quitté le navire péquiste en 2009, en venait à la conclusion que l'accession du Québec à sa souveraineté se traduirait par un gain de plusieurs milliards de dollars par année.

En éliminant les chevauchements et en rapatriant tous les impôts et taxes versés à Ottawa, le Québec souverain pourrait engranger des surplus de l'ordre de 17 milliards $ en cinq ans, dégageant du coup «une importante marge de manoeuvre budgétaire», assurait M. Legault.

«Comment peut-on expliquer qu'un comptable change radicalement d'idée, alors qu'il fournissait tous les arguments pour l'indépendance le plus vite possible?», s'interroge son ancien chef, qui prédit et souhaite l'élection d'un gouvernement péquiste majoritaire le soir du 4 septembre.

Dans son document d'une cinquantaine de pages, M. Legault concluait que non seulement le Québec souverain était financièrement viable, mais que son appartenance au Canada constituait un handicap sérieux.

«Dans l'état actuel des choses, les gouvernements provinciaux au Québec sont presque réduits à l'impuissance. La situation ne s'améliorera pas dans un avenir prévisible», écrivait-il alors.

Comme c'est le cas aujourd'hui, M. Legault accordait une grande importance à l'éducation. Il disait alors qu'il ne voyait pas comment le Québec pouvait s'attaquer à des problèmes comme le décrochage scolaire et l'accès égal pour tous, sans être un pays souverain.

«Il est difficile de concevoir comment ce projet pourra voir le jour tant que le Québec ne disposera ni des moyens ni de la liberté pour faire ses propres choix», écrivait-il.

Il ajoutait alors, en 2005, que lors de la prochaine élection, «la population du Québec aura alors à trancher entre deux scénarios: celui de la province de Québec privée des moyens et des leviers décisionnels pour son développement et celui d'un Québec souverain qui aura la marge de manoeuvre et la liberté politique nécessaires pour se doter d'un projet de société crédible et emballant, celui d'un pays plus prospère et plus solidaire».

François Legault réplique

Le bien du Québec actuellement ne passe pas par la souveraineté, a rétorqué François Legault.

Le chef de la Coalition avenir Québec dit avoir «cheminé» depuis ses jours au sein du Parti québécois. Et le Québec a maintenant d'autres priorités, a-t-il soutenu à Lévis, lors d'un point de presse, mercredi soir.

Il demande à Bernard Landry de respecter son cheminement, de la même façon qu'il respecte le sien. Il dit toutefois comprendre la frustration du Parti québécois et de M. Landry qui voient les appuis à la formation souverainiste fondre à mesure qu'augmentent ceux de la CAQ.

L'ex-chef du Parti québécois serait dans le déni selon M. Legault.

«Je ne pense pas, et je ne suis pas le seul à penser comme cela, que dans un avenir prévisible, il y aura une majorité de Québécois qui vont appuyer la souveraineté du Québec. Donc il faut sortir du déni, il y en a qui l'ont fait, qui ont joint la Coalition, puis il y en a comme M. Landry qui l'ont pas encore fait».

Et puis François Legault ne ferme pas la porte à tout jamais à un référendum sur la souveraineté du Québec. Une option qui demeure légitime, selon lui.

«Dans un avenir prévisible, ça ne doit pas être une priorité et par conséquent, comme je ne veux pas faire la promotion de la souveraineté du Québec, s'il y a un référendum, je vais voter non», a répondu M. Legault, questionné mercredi soir sur son changement de cap sur le référendum, avant de laisser la porte entrebaillée.

«Dans les deux prochains mandats, dans mon retour en politique, je reviens en politique pour 10 ans, pendant ces 10 années-là, je m'engage à ne pas faire la promotion de la souveraineté».

«Mais quel avenir aura-t-on dans 10 ans, dans 20 ans?», a demandé le chef caquiste.

«Après les 10 ans, écoutez...on verra, comme disait l'autre!», a-t-il lancé, riant de sa propre formule.

Et pas un sou des fonds publics n'aurait été utilisé pour préparer son plan financier pour un Québec souverain.

Tout le travail aurait été abattu par lui-même, avec l'aide de deux recherchistes de l'aile parlementaire du parti.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

François Legault en campagne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction