NOUVELLES

Yémen: Washington appelle au respect des réformes et à la "retenue"

14/08/2012 03:15 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont appelé mardi à la "retenue" et au "respect des réformes" menées par le nouveau président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, après l'attaque du ministère de la Défense par des troupes restées fidèles à l'ancien chef de l'Etat Ali Abdallah Saleh.

"Nous avons demandé de la retenue à toutes les parties, l'arrêt immédiat de la violence, ainsi que le respect de la transition démocratique et des réformes mises en place par le président Hadi", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland.

Trois militaires et deux civils ont été tuées et 17 autres personnes blessées mardi dans l'attaque de soldats fidèles à l'ancien président Saleh contre le siège du ministère de la Défense à Sanaa, a indiqué à l'AFP une source militaire.

Les troupes gouvernementales ont repoussé l'attaque, lancée par des centaines de soldats de la Garde républicaine commandée par le fils de l'ancien président, arrêtant 18 soldats pro-Saleh, a indiqué une source des services de sécurité.

M. Hadi avait décidé le 7 août de réduire le nombre d'unités sous le commandement d'Ahmed Saleh, et de celui de son rival, le général dissident Ali Mohsen al-Ahmar, dans le cadre d'une restructuration de l'armée.

Celle-ci souffre toujours de séquelles des divisions entre partisans et adversaires de la contestation anti-Saleh, qui pèsent sur la transition politique du pays.

Au pouvoir depuis 1978, M. Saleh avait, après des mois de révolte populaire, accepté un plan de transition négocié par les pays du Golfe, obtenant l'immunité en échange de son départ. Seul candidat en lice lors des élections prévues par ce plan, Abd Rabbo Mansour Hadi avait succédé à M. Saleh en février.

Washington avait soutenu l'accord politique et permis à M. Saleh, blessé lors de l'attaque du palais présidentiel, de venir se faire soigner aux Etats-Unis.

Fin juillet, le siège du ministère yéménite de l'Intérieur à Sanaa avait également été attaqué. Les affrontements avaient fait quinze morts et entraîné la destruction de dossiers sensibles.

sct/sat/are

PLUS:afp