NOUVELLES

Pour Joe Biden, Romney veut "remettre des chaînes aux pieds" des Américains

14/08/2012 05:28 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Le vice-président américain Joe Biden a déclenché une polémique mardi en déclarant que les propositions du républicain Mitt Romney sur les banques revenaient à "remettre des chaînes aux pieds" des Américains, lors d'un meeting en Virginie, un ancien Etat esclavagiste.

"Regardez leur budget et ce qu'ils proposent", a clamé Joe Biden lors d'un réunion de campagne à Danville, en Virginie: Mitt Romney "va laisser les banques faire à nouveau leurs propres lois et libérer Wall Street. Ils vont vous remettre des chaînes aux pieds".

Accusant Barack Obama de multiplier les attaques personnelles pour masquer un "bilan raté", le camp Romney n'a pas tardé à réagir.

"Si on se demandait jusqu'où pouvait aller le président Obama pour être réélu, nous savons maintenant qu'il est prêt à dire que Mitt Romney veut remettre des chaînes aux pieds des gens," a déclaré Andrea Saul, la porte-parole du candidat républicain à la Maison Blanche, qui affrontera Barack Obama le 6 novembre.

Une récente campagne publicitaire démocrate avait déjà créé une polémique. Le spot accusait implicitement Mitt Romney d'être responsable de la mort d'une femme atteinte d'un cancer, décédée après que son mari a perdu son assurance maladie et son emploi après la reprise de son entreprise par le fonds d'investissement fondé par le candidat républicain.

Le camp Obama a de son côté défendu le choix des mots de Joe Biden: "Pendant des mois, les républicains ont parlé de +défaire les chaînes+ du secteur privé entravé par des lois protégeant les Américains", a déclaré la directrice de campagne adjointe de M. Obama Stephanie Cutter.

"Depuis, le vice-président a souvent utilisé une métaphore semblable pour décrire la nécessité de +défaire les chaînes+ entravant la classe moyenne", a-t-elle poursuivi.

"Nous trouvons que l'indignation de l'équipe Romney vis-à-vis des commentaires du vice-président est hypocrite, particulièrement en regard des discours de leur propre candidat remettant en question le patriotisme du président", a-t-elle ajouté.

col/sat/mdm

PLUS:afp