NOUVELLES

Nigeria: trois morts, dont deux poseurs de bombe, et fuite d'habitants dans le nord

14/08/2012 01:13 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Une attaque à la bombe a fait trois morts, dont les deux poseurs de l'engin explosif, mardi à Kaduna, dans le nord du Nigeria, alors que des centaines de personnes quittaient Damaturu, dans le nord-est, craignant une prochaine attaque du groupe islamiste Boko Haram.

A Kaduna, la bombe -transportée par deux personnes à moto- a explosé le long d'une route tuant un passant et les deux assaillants, ont indiqué des responsables. Au moment de l'explosion, le véhicule se dirigeait vers une mosquée où un imam avait critiqué Boko Haram, selon les autorités.

L'imam avait invité les chrétiens à venir fêter la fin du ramadan avec les musulmans ce week-end.

Par ailleurs, des centaines d'habitants quittaient Damaturu, la capitale de l'Etat de Yobe, craignant une nouvelle attaque de Boko Haram dans la ville après l'arrestation de plusieurs membres présumés du groupe islamiste, ont indiqué mardi des témoins.

Les arrestations ont eu lieu après une fusillade dimanche, entre forces de sécurité et membres présumés de Boko Haram, qui ont causé la mort de deux islamistes présumés. 30 autres militants présumés ont été arrêtés, selon la police.

Ces arrestations et la rumeur d'une prochaine attaque des islamistes radicaux pendant la fête de l'Aïd, qui commence ce week-end, ont convaincu les habitants de fuir la ville.

Face à ces départs, l'unité militaire en charge de la zone a appelé au calme et a demandé aux habitants de rentrer chez eux, assurant les protéger.

"Des centaines de personnes sont maintenant bloquées (à la gare routière) tentant de quitter la ville mais il n'y a pas assez de bus et de taxi", a indiqué un habitant.

Le quartier de Pindigari, où la fusillade a eu lieu dimanche, est quasiment désert, a souligné un autre habitant, selon qui "les gens s'enfuient à pied, leur bagage sur la tête."

"Ce sont les membres de Boko Haram qui répandent la rumeur d'une attaque pendant l'Aïd", a déclaré, de son côté, le chef de la police de l'Etat de Yobe, Patrick Egbuniw. "C'est une ruse, a-t-il ajouté. Ils veulent juste pousser les gens à fuir la ville."

Damaturu est régulièrement frappée par les attaques meurtrières de Boko Haram. La semaine dernière, un attentat suicide, revendiqué par le groupe islamiste, a tué six soldats et un civil.

Les attentats de Boko Haram ont fait plus de 1.400 morts depuis 2010 dans le nord et le centre du Nigeria, selon l'organisation Human Rights Watch.

Pays le plus peuplé et premier producteur de brut d'Afrique, le Nigeria est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud à dominante chrétienne.

str-abu-ade/mjs/efr/jms

PLUS:afp