NOUVELLES

Les exportateurs syriens doivent se tourner vers l'est (journal gouvernemental)

14/08/2012 11:14 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Un journal gouvernemental syrien a invité mardi les industriels à faire un "choix stratégique" en se tournant vers l'est pour exporter leur production vers les marchés asiatiques plutôt que vers l'Occident qui a sanctionné durement leur pays.

Cet appel, publié par le quotidien As-Saoura, intervient alors que les exportations sont en chute libre à cause des sanctions prises par les pays arabes et l'Occident, pour protester contre la répression de la contestation qui a débuté en mars 2011. Ces sanctions visent notamment le pétrole, principale source de revenus de la Syrie.

Ainsi, selon les estimations de Economist Intelligence Unit, les exportations ont reculé d'un tiers. Elles avaient atteint en 2010, soit avant le début de la révolte, 12,3 milliards de dollars, pour plonger en 2011 à 8 milliards et ne devraient atteindre en 2012 que 4 milliards de dollars.

Sous le titre "les hésitations à se tourner vers les marchés de l'est conduiront à des pertes", le journal critique le gouvernement "pour ses errances" et parce que la moitié des exportations sont dirigées vers les pays occidentaux, contre moins de 10% pour les marchés asiatiques.

Le journal appelle les autorités à passer outre le fait que la tendance des milieux d'affaires est d'entretenir "des relations amoureuses corrompues" avec l'Occident.

Travailler avec le marché asiatique nécessite "de grands efforts", souligne le quotidien. "Il s'agit d'une décision stratégique, non pas tactique ou provisoire".

Selon As-Saoura, "beaucoup de gens ne sont pas prêts" à faire ces efforts et il y a "des lobbies qui empêchent ce type de changement".

Selon le bureau central des statistiques, en 2010, 38% des exportations étaient destinées à l'Union européenne et seulement 0,66% à la Chine. En 2011, c'est l'Irak qui est devenu la principale destination pour les exportations de la Syrie.

Après les sanctions, les échanges commerciaux avec la Russie ont atteint 2 milliards de dollars en 2011.

rim-rd/sk/cnp

PLUS:afp