Huffpost Canada Quebec

François Legault n'est pas fiable et carbure aux préjugés, selon Jean Charest

Publication: Mis à jour:
JEAN CHAREST
Agence QMI

QUÉBEC - François Legault «n'est pas fiable» et «carbure aux préjugés» sur la jeunesse québécoise, s'est insurgé Jean Charest, mardi.

Le chef libéral est tombé à bras raccourcis sur son vis-à-vis de la Coalition avenir Québec (CAQ) en point de presse dans la Vieille Capitale où la lutte est serrée entre les libéraux et la formation de François Legault en prévision du scrutin du 4 septembre.

Entouré des candidats libéraux et députés sortants de la région, M. Charest a condamné le point de vue exprimé la veille par son adversaire caquiste selon lequel les jeunes Québécois sont davantage intéressés à faire «la belle vie» qu'à travailler à la création de richesse comme le font les jeunes asiatiques.

Devant les journalistes, le leader libéral a dit trouver inadmissible qu'un aspirant à la fonction de premier ministre entretienne de tels préjugés sur l'ardeur au travail des jeunes Québécois.

Ce n'est pas la première fois que M. Legault tient des propos désobligeants à l'égard de la jeunesse, a fait valoir M. Charest, rappelant qu'en octobre 2011, il avait affirmé dans une entrevue à la radio que les cégeps «étaient une maudite belle place pour apprendre à fumer de la drogue».

«Cette personne voudrait être premier ministre alors qu'elle est alimentée par ces préjugés? Ça me dépasse qu'il ne soit pas plus évolué que ça dans sa connaissance et sa réflexion sur le Québec et qu'il se prête à ce jeu-là», a lancé le chef du Parti libéral, qui avait préparé sa réplique avec soin pour en tirer le maximum d'effet.

Qu'ils soient jeunes ou d'âge mûr, les Québécois sont «travaillants», a insisté M. Charest, citant en exemple le dynamisme de la main-d'oeuvre dans les domaines entre autres de l'aéronautique, de l'industrie pharmaceutique et du multimédia.

«Ces gens-là font un travail merveilleux mais qu'est-ce que vous voulez, (François Legault) carbure à ces préjugés», a-t-il allégué.

Qui plus est, aux yeux du chef libéral, l'ancien péquiste et fondateur de la CAQ n'est «pas fiable pour deux sous».

Celui qui voulait «faire le ménage» dans les finances publiques en misant sur la frugalité a pris jusqu'ici 94 engagements électoraux pour des dépenses évaluées à 4,5 milliards $, a-t-il relaté.

Et malgré ses largesses, M. Legault n'a pas hésité, selon M. Charest, à «flusher» les deux seules propositions que les ex-adéquistes avaient fait inclure dans le projet de fusion avec la CAQ: le versement de 100 $ par enfant à la maison et l'engagement accru du secteur privé en santé.

«Il n'est pas fiable! Conclusion: François Legault n'est pas fiable», a-t-il martelé.

Désireux de semer le doute des électeurs sur le sens des responsabilités de François Legault, le Parti libéral du Québec a mis en ligne mardi une capsule publicitaire sur son site Internet dans laquelle la narratrice énumère les apparentes contradictions dans le message du chef de la CAQ.

L'expression «pas fiable» apparaît en grosses lettres sous le nom de François Legault à la fin du message de 30 secondes qui sera aussi diffusé à la télévision.

De passage à Beauport, un arrondissement de Québec, le chef caquiste a relancé la balle à son opposant libéral, lui accolant la même étiquette peu flatteuse.

«S'il y en a un qui n'est pas fiable au Québec, c'est M. Charest. Les gens ont perdu confiance en lui, ils disent que le gouvernement est corrompu et travaille juste pour les petits amis du Parti libéral», a-t-il rétorqué.

Au 14e jour de la campagne électorale, M. Charest a fait pleuvoir les dollars sur la région de Québec — qui compte 11 circonscriptions — dans l'espoir de convaincre l'électorat de tourner le dos à la CAQ.

Il a promis des investissements avoisinant les 300 millions $ dans divers projets locaux au cours du prochain mandat.

Fidèle à son plan de campagne, le chef du PLQ a aussi visité une entreprise en milieu d'après-midi, soit le centre de distribution du marchand de meubles et homme d'affaires influent de la capitale, Jacques Tanguay.

Sympathisant politique et allié du premier ministre dans le dossier de l'amphithéâtre, M. Tanguay a louangé M. Charest, qui selon lui, a effectué un travail «remarquable» pour la région de Québec au cours de son dernier mandat à la tête du gouvernement.

«On a été gâté dans les dernières années et à un moment donné, ça doit lui rapporter (à Jean Charest)», a opiné M. Tanguay.

En soirée, la caravane libérale a fait un arrêt à Thetford Mines où M. Charest a prononcé une allocution devant environ 300 militants réunis pour appuyer la candidature du député sortant Laurent Lessard, dans la circonscription de Lotbinière-Frontenac.

À cette occasion, le leader du PLQ en a rajouté sur les propos de M. Legault au sujet des jeunes et des valeurs transmises par leurs parents.

«Aujourd'hui François Legault en remet et dit que le problème, c'est que les parents ne passent pas les bonnes valeurs à leurs enfants. Il blâmait les enfants, il blâme maintenant leurs parents. Demain, je vous préviens, il va s'attaquer aux grands-parents», a-t-il ironisé.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

LES RÉACTIONS SUR TWITTER
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Legault entretient des «préjugés» sur les Québécois

La candidature de Duchesneau chambarde la campagne

Des milliers d'étudiants en grève pour la rentrée

La CAQ veut instaurer le «9 à 5» au secondaire

Le libéral Georges Simard défend la forêt