NOUVELLES

Heurts meurtriers entre syndicats miniers: la police déployée en force

14/08/2012 03:43 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

Les forces de police étaient déployées en force mardi matin sur le territoire de la mine de platine de Marikana, dans le centre de l'Afrique du Sud, après les heurts entre syndicats qui ont fait neuf morts au total depuis dimanche, rapportent les médias.

Toute la nuit, le chef de la police sud-africaine Riah Phiyega est resté sur place pour s'entretenir avec la direction de la mine, exploitée par Lonmin, a indiqué le porte-parole de la police nationale Dennis Adriao.

Mardi matin, des forces de l'ordre lourdement armées et des hélicoptères de la police contrôlaient le site, situé près de Rustenburg à une centaine de kilomètres à l'ouest de Johannesburg. Le calme était revenu depuis lundi après-midi.

Les violences ont commencé ce week-end sur ce site de Lonmin, troisième producteur mondial de platine, entre les partisans du puissant syndicat NUM (Syndicat national des mineurs) et ceux de la plus modeste AMCU (Syndicat de l'association des mineurs et ouvriers du bâtiment).

Neuf personnes au total ont été tuées, selon un nouveau bilan donné mardi matin par M. Adriao: lundi, lors d'un affrontement entre mineurs et policiers qui tentaient de rétablir l'ordre, trois hommes ont été abattus par balles et deux policiers lynchés.

Durant le week-end, deux gardes de sécurité et deux autres personnes avaient été tuées durant les violences intersyndicales.

De tels affrontements meurtriers surviennent parfois dans les mines sud-africaines lors d'appels à la grève pour obtenir des augmentations de salaires, lorsque syndicalistes grévistes et non-grévistes s'opposent violemment.

Deux ouvriers avaient été tués en février 2012 dans une mine de platine de la société Impala Platinium durant une grève similaire.

Le secteur minier est le premier employeur privé en Afrique du Sud, et ses syndicats sont extrêmement puissants.

jcm/cpb/jlb

PLUS:afp