NOUVELLES

Égypte: Morsi décore le maréchal Tantaoui, la frontière vers Gaza est rouverte

14/08/2012 02:36 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le président égyptien a remis mardi des décorations au maréchal Hussein Tantaoui et au général Sami Anan, deux jours après les avoir mis à la retraite.

Il s'agissait de la première apparition publique du maréchal Tantaoui depuis sa mise à la retaite par le président Mohammed Morsi. Il était jusque-là ministre de la Défense et chef du Conseil suprême des forces armées, qui a dirigé la transition après le renversement du président Hosni Moubarak, en février 2011.

Ministre de la Défense pendant près de 20 ans sous Moubarak, le maréchal Tantaoui a reçu mardi le Grand collier du Nil, la plus haute distinction nationale.

Le président Morsi, issu du mouvement des Frères musulmans, a fait un coup d'éclat dimanche en écartant du pouvoir les deux généraux, qui font désormais partie de ses conseillers. La décision apparaît comme l'aboutissement du bras de fer entre la présidence et la toute-puissante armée égyptienne, qui dirige le pays en coulisses depuis 60 ans.

L'Égypte a par ailleurs annoncé mardi la réouverture partielle de sa frontière avec la bande de Gaza, fermée le 5 août après une attaque surprise qui a tué 16 soldats égyptiens dans le Sinaï.

Le terminal frontalier de Rafah, point de passage entre l'Égypte et la bande de Gaza, a été rouvert pour trois jours dans les deux sens pour la fête de l'Aïd el-Fitr, qui marquera la fin du Ramadan le week-end prochain, selon un responsable frontalier à Gaza, Maher Abou Sabha.

Les autorités égyptiennes ont imposé des restrictions et n'ont pas précisé quand la situation reviendrait à la normale, a-t-il dit. Seuls les étudiants de Gaza inscrits dans des universités à l'étranger, les résidents de l'étranger et les personnes voyageant pour des raisons médicales sont autorisées à franchir le terminal, selon M. Sabha.

Les autorités égyptiennes, qui ont déclenché une opération militaire d'envergure dans le Sinaï, ont laissé entendre que les auteurs de l'attaque du 5 août avaient reçu un soutien dans la bande de Gaza, ce que dément le Hamas, au pouvoir dans ce territoire palestinien.

Le ministre de l'Intérieur du Hamas, Fathi Hamad, avait demandé au président égyptien de rouvrir le terminal de Rafah. «Nous avons souffert du régime injuste de Moubarak qui a participé au blocus israélien de Gaza. Pourquoi devrions nous souffrir encore, à l'ère de la révolution égyptienne et de la démocratie?», s'est demandé M. Hamad, en appelant le gouvernement égyptien à «faire de la Palestine une priorité».

PLUS:pc