NOUVELLES

Année record pour le groupe de cosmétiques américain Estée Lauder

14/08/2012 12:05 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Le groupe de cosmétiques américain Estée Lauder a annoncé d'excellents résultats annuels mardi, tirés par des ventes de soins pour la peau et de maquillage en forte hausse et par des économies, qui ont fait s'envoler l'action de la société à la Bourse de New York.

L'action bondissait de 9% à 59,86 dollars vers 15H00 GMT.

Le bénéfice net est ressorti à 856,9 millions de dollars tandis que le chiffre d'affaires a augmenté de 10% sur un an à 9,7 milliards de dollars, légèrement au-dessus des prévisions de Wall Street.

Les ventes ont été tirées par les soins pour la peau, que le groupe qualifie de "secteur stratégique", et notamment par les ventes de marques haut de gamme comme La Mer.

Le maquillage a également affiché une croissance à deux chiffres, en particulier les marques de maquillage professionnel (Bobbi Brown, Matchbox, etc).

Côté parfums, les marques Tom Ford ou Jo Malone ont enregistré une bonne performance mais la part de marché a reculé aux Etats-Unis.

L'Amérique du Nord reste un moteur des ventes, et en Europe, "le groupe a généré une croissance solide malgré un marché atone", avec une progression à deux chiffres des ventes "au Moyen-Orient, en Allemagne, en France, en Italie et en Turquie".

La région Asie-Pacifique a réalisé une performance mitigée avec de bonnes ventes en Chine mais une baisse des ventes à Singapour et en Corée, a indiqué le directeur général Fabrizio Freda lors d'une conférence d'investisseurs.

Le groupe a par ailleurs fait 145 millions de dollars d'économies sur l'ensemble de l'exercice.

Fabrizio Freda a salué un "quatrième trimestre très solide (...) grâce à la bonne dynamique qui se poursuit aux Etats-Unis ainsi qu'à une forte croissance en Chine" et dans les magasins d'aéroports.

"Cette performance clôture une nouvelle année record pour l'entreprise", a-t-il ajouté.

Pour Deutsche Bank, "Estée Lauder est devenu l'enfant roi" d'un secteur des cosmétiques "plutôt en période de vaches maigres", grâce à "une forte expansion géographique, des gains de parts de marché et une restructuration" pour baisser les coûts.

Citi note cependant que les bénéfices sont à peine au-dessus du consensus et que les prévisions laissent attendre un ralentissement des ventes.

ved/bdx/lor

PLUS:afp