NOUVELLES

Amical - Belgique - Pays-Bas: la deuxième chance de Van Gaal

14/08/2012 07:19 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

Les Pays-Bas, méconnaissables et éliminés dès le premier tour de l'Euro-2012 en juin dernier, entament mercredi en match amical en Belgique une nouvelle ère sous la conduite de Louis van Gaal, qui obtient une deuxième chance à la tête des Oranje après son échec de 2002.

L'entraîneur, remercié par le Bayern Munich il y a douze mois, n'avait pas réussi à qualifier les Pays-Bas pour le Mondial-2002. En succédant au démissionnaire Bert van Marwijk, Van Gaal sait qu'il ne pourra se permettre un nouveau camouflet à la tête de l'équipe vice-championne du monde.

"Evidemment que l'objectif est de se qualifier pour le Mondial-2014 (au Brésil). Le but est même d'amener cette équipe dans le dernier carré du tournoi", assène l'ancien mentor de l'Ajax et du FC Barcelone notamment.

Le défi est immense tant l'équipe néerlandaise est sortie en lambeaux du dernier Championnat d'Europe des nations. Trois matches, trois défaites. Et un vestiaire miné par les tensions entre joueurs à l'ego très sensible.

"L'ambiance n'était pas optimale", a reconnu mardi l'attaquant Klaas-Jan Huntelaar, souvent boudé par Van Marwijk et qui est l'un des premiers à se réjouir du changement d'entraîneur.

"Il y a un nouvel entraîneur, un nouvel encadrement, des nouvelles règles et sans doute un nouveau système de jeu. De cette façon, ce sera plus facile de tourner la page et d'oublier le passé récent", a-t-il expliqué.

Van Gaal devrait effectivement renoncer au 4-2-3-1, cher à Van Marwijk, en enlevant un des deux milieux défensifs au profit d'un attaquant supplémentaire. Les buteurs Robin van Persie et Huntelaar pourraient donc être associés en pointe, ce que Van Marwijk avait toujours refusé de faire durant son bail.

Le milieu de terrain défensif Mark van Bommel et le défenseur latéral droit Grégory van der Wiel ont payé leur mauvais Euro en n'étant pas sélectionnés pour mercredi. Il y aura donc forcément du changement à leurs postes.

Le premier match des Pays-Bas est compliqué: Wesley Sneijder et Cie se testent face à des voisins belges bien décidés à revenir au premier plan. Il y a dix ans que les Diables Rouges ne se sont plus qualifiés pour un tournoi majeur. Les supporteurs s'impatientent d'autant plus que la génération actuelle est qualifiée de "dorée" par les médias.

A l'image des Hazard, Courtois, Kompany (absent mercredi), Vermaelen, Vertonghen, Witsel, Defour, Fellaini (absent) et autre Dembelé, la plupart des cadres belges évoluent dans des grands championnats.

Le sélectionneur Marc Wilmots, qui a succédé à Georges Leekens en juin dernier, a cependant un souci majeur, il ne possède pas (encore ?) d'avant-centre de niveau international.

"Toutes les grandes équipes possèdent des stars à ce poste clé. Ce n'est pas notre cas", a récemment dit Wilmots à l'AFP.

bnl/siu/jfm

PLUS:afp