NOUVELLES

Amical - Allemagne-Argentine: la bande à Löw blessée reçoit le génie Messi

14/08/2012 11:32 EDT | Actualisé 14/10/2012 05:12 EDT

L'équipe d'Allemagne de Joachim Löw, blessée par sa défaite en demi-finale de l'Euro-2012 face à l'Italie (2-1), va tenter de se reconstruire moralement et de se jauger face à l'Argentine de Messi en pleine confiance, mercredi en match amical à Francfort.

Etrillé par la presse pour son onze de départ en demi-finale de l'Euro, le sélectionneur de la Nationalmannschaft a néanmoins reçu le soutien de la Fédération allemande (DFB). Et il persiste et signe.

"L'objectif des deux dernières années était de former une équipe affichant un style de jeu dominateur et pouvant remporter des titres, a avancé Löw. La défaite contre l'Italie a été douloureuse. C'est notre devoir d'étudier les erreurs et de trouver les solutions. Mais notre chemin est le bon. Nous avons un concept à long terme auquel nous restons fidèles".

Prônant la continuité, Löw a convoqué un groupe de 19 joueurs presque tous présents à l'Euro, mais privé de certains cadres. Le capitaine Lahm, bientôt papa pour la première fois, a été dispensé de match. Schweinsteiger (cheville)t Gomez (pied) sont en convalescence. Le gardien remplaçant Wiese a été écarté, au profit du plus jeune ter Stegen, et Zieler sera donc titularisé en raison du forfait de Neuer (hanche).

Mertesacker et Podolski ont été laissés à la disposition d'Arsenal, qui débute samedi la saison anglaise. "Il est plus important pour Per, qui a été longtemps blessé en fin d'année dernière, et pour Lukas, qui se bat pour une place de titulaire, de se concentrer sur leurs devoir envers leur club à Londres", a expliqué Löw.

De mauvais augure pour Podolski ? Homme de base de Löw et centenaire en sélection à seulement 27 ans, "Prinz Poldi" a été transparent à l'Euro, et sa place est menacée par le jeune Reus, révélation de la saison dernière et passé de Mönchengladbach à Dortmund.

Or c'est justement la titularisation en demie de Podolski au détriment de Reus, auteur d'une superbe entrée en quart, qui avait stupéfait l'Allemagne du football. "L'Italie en voulait plus que nous, et en deuxième période on a eu aussi de la malchance", a lancé mardi l'attaquant polyvalent de 23 ans, entré à la 46e minute. Lançant ainsi une pierre dans le jardin des Gomez et Podolski.

Les patrons du milieu, Khedira et Özil, seront là, l'inusable Klose (34 ans, 121 sélections et 64 buts, à quatre longueurs du record national de Gerd Müller), qui vise le Mondial-2014, aussi.

En face, c'est le non moins inusable buteur Messi qui se profile. "La particularité de Messi c'est qu'il joue facile, qu'il est si dynamique, et c'est toujours dur de l'arrêter, souligne Khedira, peut-être le meilleur Allemand de l'Euro. Mais on s'est bien préparés pour l'arrêter". Un plan anti-Messi confirmé par Reus en conférence de presse.

Messi vient de marquer huit buts sur ses quatre dernières sélections, dont un triplé de prestige face au Brésil (4-3). Le 4-4-2 élaboré par Alejandro Sabella associe au capitaine argentin un autre attaquant, Higuain ou Lavezzi, voire Agüero, même s'il est parfois utilisé comme milieu excentré, à l'image de Di Maria. Tevez n'a pas été appelé.

Contre l'Allemagne, il s'agira de surmonter la dernière confrontation, une historique gifle 4-0 en quart de finale infligée par la bande à Löw, qui avait coûté à Diego Maradona sa place de sélectionneur.

Sabella, qui reste sur quatre succès de rang, boucle sa première année sur le banc albiceleste, plutôt réussie (2e du groupe sud-américain de qualifications au Mondial-2014, mais en ayant joué un match en moins que le 1er, le Chili), satisfait d'avoir établi "une base".

"Je voudrais d'abord voir un peu plus d'équilibre, parce qu'il nous en a manqué contre le Brésil, a-t-il souligné dans le quotidien argentin Olé concernant ses attentes pour mercredi. Et obtenir un bon résultat, parce que ça aide toujours à travailler dans la tranquillité, à donner le moral aux joueurs, à nous tous".

ybl/jfm

PLUS:afp