NOUVELLES

Voter gros ou svelte ? Une polémique éclate avant les élections au Québec

13/08/2012 04:05 EDT | Actualisé 13/10/2012 05:12 EDT

Le ministre de la Santé du Québec doit-il être svelte, autrement dit, ce poste est-il interdit aux gros ?

La question agite depuis dimanche les milieux politiques et les médias de la province francophone, au coeur d'une campagne électorale qui ne manque pas d'enjeux importants, de l'indépendance nationale au financement de l'éducation, en passant par la corruption.

La controverse a été lancée par la dirigeante du Parti Québécois (PQ, indépendantiste) Pauline Marois, qui avait dit samedi: "Je crois qu'un ministre de la Santé a le devoir d'être exemplaire" en matière d'habitudes de vie saines.

Elle n'a cité aucun nom. Mais un candidat vedette d'un parti rival, la Coalition Avenir Québec (CAQ, centre droit), le Dr Gaétan Barrette, qui se présente comme le futur ministre de la Santé potentiel, s'est senti directement visé, son embonpoint étant nettement supérieur à la moyenne.

Il était d'autant plus en colère que Mme Marois a tenu ces propos à Terrebonne, près de Montréal, où il cherche à se faire élire le 4 septembre prochain.

La dirigeante du PQ a enclenché la marche-arrière, affirmant que ses remarques visaient tous les Québécois et non M. Barrette.

Mais le médecin radiologue au tempérament explosif, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, n'est pas convaincu et a décidé d'en faire un argument électoral.

Affirmant, peut-être avec quelque exagération par rapport aux statistiques, que Mme Marois avait offensé "la moitié de la population du Québec", il s'est adressé sur Twitter "à tous les citoyens du Québec qui avons (bien: avons) un surplus de poids: répondons à Pauline Marois en votant CAQ. Rien à cirer du mépris."

via/lor

PLUS:afp